La Patisserie Céleste | Céleste, HEC, 23 ans

Chez Crème de la Crème, on supporte le statut auto-entrepreneur depuis le début. On aime bien les gens talentueux et encore plus ceux qui se lancent dans l'aventure entrepreneuriale. Focus cette fois-ci sur Céleste, une étudiante qui a faim d'ambition.

Logo



Après une année de césure à vagabonder au Népal et aux Fiji et à travailler dans un restaurant parisien, j’ai finalement décidé de faire mon bachelor à l’université Bocconi de Milan. La finance, la compta et les stats c’était bien beau mais la cuisine me manquait un petit peu.

"Le client peut créer son gâteau sur mesure en fonction de ses envies et de l’événement pour lequel il passe sa commande."



C’est la raison pour laquelle je décide en février 2012 de lancer ma marque de pâtisserie en ligne La Pâtisserie Céleste (précédemment appelée A PIECE OF CAKE). Le concept est simple, le client peut choisir parmi les suggestions présentes sur le site et les réseaux sociaux ou peut créer son gâteau sur mesure en fonction de ses envies et de l’événement pour lequel il passe sa commande.

Alors bien sûr j’aurais pu remettre la main à la pâte sans nécessairement en faire un business mais gérer sa première entreprise c’est tout de même bien plus excitant d’autant plus quand travail rime avec passion. Se dépasser, dormir 5h par nuit, progresser grâce à ses erreurs, se prendre de belles taules pour mieux se relever, ça ne parle pas forcément à tout le monde mais en ce qui me concerne c’est un bon résumé de ma vie d’étudiante/entrepreneur… et j’adore ça ! Mais les italiens, vous me direz, ça connaît autre chose que le tiramisu et la panna cotta ? C’est en effet le souci qui s’est fait sentir au bout d’un an d’exercice.

En effet pendant la première année cela fonctionnait par bouche à oreille, et mon cercle milanais étant en grande partie formé d’étudiants italiens, j’ai vite compris que je ne m’adressais pas à la bonne clientèle. D’abord parce que, contrairement à la culture française où la pâtisserie constitue un art en elle même, en Italie on se passerait très facilement de dessert. Si toutefois une touche sucrée eût été nécessaire il suffit de filer à la gelateria la plus proche ou de rapidement préparer un tiramisu et le tour est joué ! Ensuite parce que le français n’est pas choqué de voir qu’un gâteau de quatre personnes en boulangerie se vend une quarantaine d’euros tandis que ce prix semble aberrant aux yeux d’un italien et qui plus lorsque celui-ci est étudiant. La clé à ce souci : s’orienter vers une clientèle française plus âgée.



Céleste


"Les étudiants sont friands de nouvelles choses, quand il s’agit de bien manger quelques euros de plus sont déboursés avec plaisir et il n’y a aucune compétition sur le campus."



Après trois ans passés en France je reviens donc en France où je passe six mois dans un fonds de Private Equity avant de finalement commencer mon master Grande Ecole à HEC avec la nette intention de faire un master entrepreneurship en deuxième année ! Dès mes premières semaines jovacienne je réalise que le climat est tout à fait autre. Les étudiants sont friands de nouvelles choses, quand il s’agit de bien manger quelques euros de plus sont déboursés avec plaisir et il n’y a aucune compétition sur le campus. Bingo ! Un partenariat avec le Wunder, notre cher café du campus où il fait bon de se retrouver après les cours pour partager une bière ou un café mais où il n’était jusqu’à présent pas envisageable de se délecter d’une petite douceur. Nous avons fait un premier test lundi dernier, les 50 pâtisseries préparées sont parties en 9 minutes, plutôt encourageant !

Et après ? J’envisage trois étapes dans le développement de ma boite. Tout d’abord, ouvrir un atelier professionnel où j’embaucherai une petite équipe très compétente pour s’occuper de la confection des commandes en ligne en m’occupant encore personnellement de la création des recettes sur mesure. Ensuite, ouvrir une boutique de choux exclusivement, car oui, même si cela existe déjà à Paris j’ai l’insolence de prétendre faire les meilleurs choux de Paris et, blagues à part, je trouve que ce qu’on trouve actuellement sur le marché est correcte mais tout à fait battable. Enfin, nous sommes dimanche après midi, le vent bat son plein fouet dehors et vous allez chez votre tendre grand mère dans 1h mais vous souhaiteriez changer un peu du combo biscuit sec et thé vert dans le canapé de mamie. Vous souhaiteriez pouvoir vous diriger automatiquement vers une valeur sure où vous savez que vous passerez un bon moment et que vous dégusterez de gourmandes et délicates pâtisseries.

"Mon ambition : créer une chaine de salons de thé de qualité où l’on trouvera aussi bien la religieuse au café classique de mamie adorée, qu’un bon fondant au chocolat pour les enfants."



Patisserie



Le problème ? Beaucoup de salons de thé indépendants sont fermés le dimanche et s’ils sont ouverts vous savez qu’une bonne heure de queue vous y attend ! Autrement Ladurée peut aisément vous accueillir mais les pâtisseries y sont devenues industrielles et le cadre y est assez impersonnel. Une autre idée ? Pierre Hermé ! Ah non zut on ne peut pas s’y asseoir. Enfin il reste l’option La Pâtisserie des Rêves mais vous trouvez que les pâtisseries y sont trop sucrées et la seule boutique qui propose une option salon de thé dispose de 4 tables à tout casser ! C’est là que je vous viens en aide.

Mon ambition : créer une chaine de salons de thé de qualité où l’on trouvera aussi bien la religieuse au café classique de mamie adorée, qu’un bon fondant au chocolat pour les enfants ou un entremet au thé matcha pour les plus aventureux ! J’ai en tête une multitude de petits concepts qui seront propres à ces salons de thé et dont vous ne vous passerez bientôt plus !

Travaillant seule et à mon compte pour le moment il faudra très prochainement que j’agrandisse mon équipe et que je m’occupe de tout un tas de paperasses et de tâches indispensables qui prennent du temps, et je compte donc bien sur la crème de la crème pour faciliter mon travail !

Enfin, si vous avez un projet qui vous tient à cœur ou que vous avez la chance d’avoir une passion alors n’attendez plus une seconde pour en faire votre avenir. Oui vous vous planterez surement au début, oui ce sera intense et cela demandera beaucoup de patience de votre part mais croyez moi, si vous êtes fait pour ça, vous regretterez bien plus de vous retrouver pendant les 50 prochaines années de votre vie bien au chaud dans votre cabinet de conseil à vous tourner les pouces en attendant 19h ! A très vite autour d’un petit chou à la vanille de Madagascar et au caramel croquant !

Rédigé par Céleste Velarde

La Pâtisserie Céleste
info@lapatisserieceleste.com
Sa page facebook