Inspir'Her | Team, HEC, 23 ans

Chez Crème de la Crème, on supporte le statut auto-entrepreneur depuis le début. On aime bien les étudiants talentueux et encore plus ceux qui se lancent dans l'aventure entrepreneuriale. Cette fois-ci, c'est Charlène, 23 ans, étudiante à HEC, qui nous parle de son projet Inspir'Her


Logo Insiprher



« Moi, c’est Charlène, je viens d’avoir 23 ans et de prendre une deuxième année de césure pour mener à bien un projet un peu fou (et reporter d’une année l'obtention de mon diplôme d’HEC, par la même occasion), avec deux amies de promo – Alix & Cécile ! Notre challenge : partir pendant 6 mois à vélo à travers l'Europe afin de rencontrer les femmes qui entreprendront demain !

Je pense que ce qui me caractérise le plus, c’est ma tendance à toujours vouloir faire mille choses en même temps. Je suis très sportive, quelqu’un de passionné et de quelque peu extrême, j'aime faire la fête, adore faire de nouvelles rencontres, recevoir, découvrir, je veux créer, croire en ce que je fais, me sentir investie dans une cause, me fixer des objectifs impossibles à atteindre, passer pour une folle, pour une trop grande optimiste ou pour une bisounours un peu naïve… Pas mal de traits de caractère qui expliquent mon appétence pour l’entrepreneuriat, et qui me rapprochent pas mal d'Alix & Cécile.


Photo 3


Notre constat de départ : les femmes – et nous les premières – ont moins confiance en elles et s’imposent moins (même quand elles le devraient). Cécile et moi avons par exemple effectué notre premier stage ensemble dans une start-up : dans l’incubateur, nous étions environ 4% de filles – et étions toutes stagiaires. Et lorsque l’on nous demandait si nous comptions monter notre boîte, nous répondions timidement : « si une opportunité se présente… » alors qu’au fond, ça nous faisait rêver ! Nous sommes persuadées que les opportunités, ça se crée !

C’est donc notre expérience qui nous a toutes trois donné envie de créer Inspir’her, une association visant à mettre en avant des femmes d’exception pour encourager les jeunes filles à oser, prendre davantage d’initiatives et de responsabilités. Pour ça, nous sommes actuellement en train de commencer un tour d’Europe pour aller à la rencontre de femmes aux profils divers et variés… le tout à vélo !


« Parce que nous aussi nous voulons montrer qu’il est possible pour trois jeunes femmes de dépasser leurs limites. »


Notre objectif est de montrer à toutes les filles que les femmes sur-stylées que nous mettons sur un pied d'estale sont finalement des femmes comme elles, comme nous. Des femmes qui n’avaient pas forcément confiance en elles, des femmes discrètes, des femmes qui doutent, mais qui ont simplement décidé un jour de suivre leurs passions et d’aller au bout de leurs rêves. Chacune des femmes que nous avons rencontrées nous a particulièrement marquées par cet aspect : toutes se sont fait violence pour s’affirmer, toutes ont fait des efforts pour s’élever.


Photo 2


Notre exemple est le plus frappant. Lorsque nous avons commencé à monter notre projet, la première difficulté a été de l’assumer. D’oser en parler, de ne pas avoir honte de le défendre, d’arrêter d’avoir peur d’être assimilées à un pan du féminisme dans lequel nous ne nous reconnaissions absolument pas. Nous devions également crier au monde que nous étions prêtes, que nous étions sérieuses, que notre projet n’était pas une simple excuse pour voyager.


« La solution ? En parler, tout le temps, à tout le monde, en toute circonstance. »



Photo 3


Le but de nos six prochains mois est donc de rencontrer un maximum de femmes (entre 60 et 100 interviews) et échanger un maximum avec nos écoles partenaires. L'enjeu est d'avoir un maximum d’impact afin d'en donner aux femmes de demain. Rencontrer, diffuser, pédaler… pour pousser les filles à se lancer.

À notre retour, nous allons continuer de faire vivre l’association en parallèle de nos cours : nous interviendrons auprès de nos partenaires et dans d’autres écoles… Et nous continuerons nos interviews ! À terme, l’enjeu sera de faire grossir notre association, que d’autres étudiants aient envie de poursuivre notre tour. Nous verrons comment évolue notre projet, mais ce qui est sûr, c’est qu’une fois que l’on a goûté à l’aventure entrepreneuriale, il est difficile de se détourner de cette voie.

Si je devais donner quelques conseils aux étudiants qui souhaitent se lancer, ce serait simplement d’oser ! Avoir une petite expérience dans l’entrepreneuriat peut également s’avérer utile pour se sentir plus à l’aise avec ce petit monde bien à part. Effectuer des stages en startup, ou des missions à plus court terme via Crème de la Crème peut être un excellent moyen d’y faire ses premiers pas et de commencer à prendre ses repères ! Vous constaterez rapidement à quel point c’est enivrant de porter son entreprise, et de développer sa passion pour l’entrepreneuriat.


Rédigé par Charlène Thouard
contact@inspirher.fr
Inspir'her
Page Facebook Twitter