L’Ivy League | l’enfer d’une sélection bien rodée !

L’Ivy League, c’est quoi ? L’Ivy League est un regroupement de huit universités privées du nord-est des États-Unis. Ces universités sont les plus prestigieuses mais également les plus anciennes du pays. Le terme associé à cette “league” est synonyme d'excellence universitaire, de sélection drastique des admissions et d'élitisme social.

Harvard, Yale et Princeton sont bien entendu les plus connues. Vient ensuite Brown, Columbia, Darthmouth, la University of Pennsylvania et Cornell. Bien que le parcours pour accéder aux meilleures universités en France ne soit pas des plus simple, ce n’est rien à côté de la bataille que se livrent nos camarades américains. On vous explique pourquoi dans cet article.


COUCHE


La sélection fait rage dès le “9th grade” (ce qui correspond à la troisième chez nous). Les jeunes lycéens qui rêvent d'atterrir à Harvard doivent déjà prendre les devant pour gagner la bataille de la différentiation. Alors que nos amis asiatiques répondent souvent à des principes d’uniformités au cours de leur cursus, les américains doivent impérativement prouver et parfois même trouver leur différence par rapport aux autres. Ainsi, tout y passe : sport, excellence académique, leadership, curiosité d’esprit, engagement social etc ...
Et mieux vaut se retrouver dans ces catégories car il n’y a pas vraiment de place pour les autres.

Récemment, Le Monde a publié des chiffres sur le taux d’acceptation des différents établissements composants l’Ivy League, en voici un résumé :

  • Standford a accepté 2000 candidats sur un total de 42 000 candidatures soit un taux d'acceptation inférieur à 5%.
  • Harvard suit de près avec 5,3%, Columbia (6,1%), Yale (6,5%).
  • À 78€ l’inscription, cela représente des millions d’euros de recette grâce aux rejets.

La sélection s’effectue d’abord selon les notes durant les quatre années de lycée mais également lors de concours nationaux. Le plus fréquent est le SAT (Standard Admission test), un QCM de 3 épreuves en mathématique, écriture et une partie de lecture critique. Pour l’anecdote, si tu n’as pas de crayon à papier HB 2, tu ne peux pas passer l’épreuve, TRUE STORY !


Stress


Lors de cette épreuve, seulement 0,05% réalise le score parfait de 2400 points et peuvent espérer entrer à Standford ou Harvard. Comme en France, et dans le but de se préparer à l’examen de leur vie, toute une industrie parallèle s’est mise en place afin de proposer des préparations à l’examen. Une sélection par l’argent se met alors rapidement en place car certains cours particulier peuvent facilement atteindre 130$/heure.

En plus du SAT, un “essai” de motivation de 650 mots est demandé. Voici par exemple le sujet de cette année : "Décrivez une action ou un évènement, formel ou informel, qui a marqué votre passage de l'enfance à l'âge adulte dans le contexte de votre culture, famille ou communauté."
Encore une fois, le mot d’ordre est de se démarquer au maximum. En somme, à chacun son storytelling. Ils adorent ça les américains !


« Une sélection rude mais pas forcement juste ! »


Le système n’est pas toujours fair-play et incite même parfois les enfants d’anciens à directement rejoindre l’école de leurs parents. Cela porte un nom, l’alma mater. Un cercle vertueux bien orchestré qui réserve une place aux bambins d’anciens étudiants des écoles prestigieuses de la Ivy League.
Ce sont souvent ces mêmes parents qui contribuent au développement de ces universités, à travers des dons souvent généreux.


Campus


« Des frais de scolarité hallucinants ... »


Ils font partie des plus chers de la planète. Harvard bat tous les records avec une année à plus de 60 000$, soit environ 55 000€. Des bourses pour les étudiants sont toutefois attribuées - 60% des étudiants à Harvard sont boursiers - mais celles-ci, bien que communes, sont très loin d’atteindre la majorité des frais de scolarité hors de prix.

En cette fin de mois de janvier, des milliers de jeunes américains sont sur le point d’envoyer, la boule au ventre, leur dossier de candidature. Ils recevront les résultats dans 4 mois, avant d’entamer des “Summer Holidays” plus que mérité.