SoGuide | Jack, HEC, 19 ans

Chez Crème de la Crème, on supporte le statut auto-entrepreneur depuis le début. On aime bien les étudiants talentueux et encore plus ceux qui se lancent dans l'aventure entrepreneuriale. Cette fois-ci, c'est Jack, seulement 19 ans, étudiant à HEC, qui nous parle de SoGuide.


Logo



« Tout frais sorti de prépa, j’étais impatient de pouvoir m’investir dans un projet autre qu’académique. Quoi de mieux qu’une jeune start-up innovante pour tester des idées nouvelles et faire l’expérience « du terrain » ? Dès que l’opportunité s’est ouverte, j’ai foncé…

Si tu as déjà voyagé, il y a de grandes chances que tu comprennes assez vite l'utilité de notre site, so-guide.com ! Pour un trek au Népal ou en Indonésie, un séjour en Inde ou un safari en Tanzanie il t'est peut être déjà arrivé de faire appel à un acteur local : il a sans doute pris en charge le transport sur place, t'a aidé à construire ton parcours, t'a emmené dans les meilleurs endroits loin des touristes. Mais encore faut-il trouver quelqu'un de fiable et à un budget raisonnable. Et là, c’est la galère…

La plupart des gens sacrifient de nombreuses heures à chercher les coordonnées d’un guide en ligne, sans garantie de fiabilité, et parfois sans succès. D'autres optent pour une agence de voyage, mais paient alors plus de trois fois le prix du guide pour un trek standardisé au sein d'un groupe de 15 personnes… Si tu as entendu parler de notre site, tu vas sur so-guide.com, tu sélectionnes ta destination en deux clics, et on te présente les guides indépendants qui ont la meilleure réputation sur internet. Tu peux les contacter directement et leur demander un devis sans frais d'intermédiaire : le tour est joué.


Photo1


Chez SoGuide, on est quatre. Thibault et Hugo sont à l’origine du projet, et c’est eux qui en ont contacté les premiers guides et chauffeurs. A nous trois, nous avons lancé le site, et très vite on a obtenu nos premiers clients. Vincent, étudiant en première année à l'ESCP a récemment rejoint l'équipe pour accompagner la croissance de notre communauté de voyageurs et de guides partenaires.

Chez SoGuide, chacun de nous touche un peu à tout : informatique, communication, partenariats, animation de la communauté… Surtout, chacun de nous a son mot à dire lorsqu’il s’agit de redéfinir notre stratégie, nos priorités ou nos objectifs.

« Il y a toujours mille directions possibles ! »



Le monde des start-ups laisse une large place pour l’initiative personnelle et l’expérimentation d’idées nouvelles. C'est en partie ça qui nous motive à travailler et surtout à travailler ensemble.

Dans l'industrie du tourisme, on se rend vite compte que le relationnel est le nerf de la guerre. Chez SoGuide, il nous faut à chaque fois convaincre les guides de nous faire confiance et maintenir un dialogue continu avec chacun d’entre eux. Il faut aussi échanger avec les clients, comprendre ce qu’ils apprécient et comment on peut améliorer la qualité de notre service. Un des enjeux reste la transparence de la négociation. Mais il faut aussi faire de SoGuide un intermédiaire indispensable... Nous sommes donc toujours à la recherche de la meilleure solution pour encadrer et suivre les échanges entre le guide et le voyageur.


Photo2


Dans tous les cas, monter une boite nécessite beaucoup de temps. Il m’a donc fallu faire des choix, ainsi qu’un un effort d’organisation pour faire rentrer toutes mes activités dans les 168 heures d'une semaine !

Aujourd’hui, l’enjeu principal de SoGuide est d’augmenter la visibilité du site. Le concept marche bien, et les retours clients sur l’interface du site sont très positifs. Nous devons encore améliorer notre communication pour agrandir notre communauté ! Et c'est pas forcément le plus facile lorsqu'on a aucun revenu et donc peu de budget !

Selon moi il y a encore un bel avenir pour les entrepreneurs, notamment dans le domaine du digital et d'internet. SoGuide en est un exemple parmi d’autres : la révolution du digital a vocation à bouleverser quasiment tous les secteurs économiques, et beaucoup des services qui demain nous seront indispensables, restent encore à inventer.


Photo3



Dans ce genre de business l’investissement initial est extrêmement faible, parfois inexistant : pour nous, tout ce qu’il a fallu faire, c’est héberger le site web ! Une seule chose compte vraiment : l’engagement. Et c'est justement une valeur qui animent les créateurs de la Crème de la Crème et une des raisons qui m'ont poussé à vouloir participer à ces témoignages d'entrepreneurs !



Rédigé par Jack Dampierre
http://www.so-guide.com
Page Facebook Twitter