Snooze | Matthias, NEOMA, 21 ans

Chez Crème de la Crème, on supporte le statut auto-entrepreneur depuis le début. On aime bien les étudiants talentueux et encore plus ceux qui se lancent dans l'aventure entrepreneuriale. Cette fois-ci, c'est Matthias, 21 ans, étudiant à NEOMA, qui nous parle de son expérience au startup weekend à travers son projet SNOOZE.


Logo



« Vendredi 6 novembre 18h30, campus Rouen de Néoma. Apres un douloureux examen de comptabilité, la pression remonte. Je vais participer au start-up weekend 2015 de Rouen. Un start-up weekend, pour ceux qui l’ignorent, c’est un concours de création de start-up. En seulement 54h, des porteurs de projets doivent présenter leur idée dans un premier pitch de 1mn, former une équipe parmi les participants, puis enfin présenter leur start-up le dimanche soir lors d’une keynote de 3mn suivi de 3mn de questions. Un programme chargé en somme. Vient alors mon tour pour le premier pitch. Je vais dévoiler mon projet, en espérant passer la présélection. 54h plus tard, le projet Snooze séduit les jurys. Mon équipe et moi même avons gagné le prix de l’innovation : soit 2000 euros et une pré-incubation.


Notre génération est en « guerre ».


Entre pollution, crise et terrorisme, la génération 90 a la niaque. L’idée de Snooze est né de ce contexte. Snooze, c’est avant tout une vision. Je suis parti du constat que nous combattons en permanence la pollution notamment sonore. En effet, notre monde est bruyant. La voiture, les transports en commun ou la soirée de votre voisin(e) sexy sont des sources de nuisances sonores. Notre habitat et notre mode de vie sont responsables de ces nuisances omniprésentes.


Photo1


L’active noise cancelling’ ou la réduction de bruit active est au centre de la technologie de Snooze. Le fonctionnement est enfantin. Le son est une onde mécanique. Or les ondes mécaniques s’additionnent entre elles (je vous invite à recontacter votre professeur de physique pour confirmer cette propriété). C’est exactement pourquoi quand deux instruments de musique jouent la même mélodie, le son est plus fort et plus puissant. Maintenant si on crée un son inverse exactement au même moment. Les deux ondes vont s’additionner et le résultat sera un silence parfait !

Concrètement Snooze nécessite 3 éléments pour fonctionner :

  • Un micro : c’est lui qui capte les bruits nuisibles.
  • Une unité de calcul (ou processeur) : celle-ci intègre un algorithme qui inverse les fréquences sonores.
  • Une sortie son : un haut parleur qui diffuse la fréquence Snooze.

Le premier produit que Snooze va distribuer est une application. Cette application permet de transformer n’importe quelle casque et écouteur en système anti-bruit actif. Le bruit est capté par le micro kit main libre du casque. L’application est l’unité de calcul. La sortie son est bien entendu vos écouteurs. Les 3 éléments sont bien réunis. A terme, Snooze pourra être intégré dans une enceinte Bluetooth, mais pourquoi pas dans une voiture, un avion ou une machine à laver. Un jour peut être, chaque produit sera capable d’annuler son propre bruit de fonctionnement.


« Je souhaiterais participer à cette nouvelle révolution du silence »




Photo2


Snooze est un projet ambitieux, ceci implique un certain nombre de difficultés. Le cœur de Snooze est l’unité de calcul qui inverse les fréquences. L’algorithme qui le compose doit être affiné afin d’obtenir un résultat optimisé et intégrable dans l’application. C’est pourquoi j’ai décidé de développer Snooze au sein d’une entreprise ayant les ressources pour créer un tel algorithme. Cette technique s’appelle "l’intrapreunariat". Une fois que l’application sera lancée, j’espère pouvoir continuer le développement de Snooze de manière plus indépendante en autofinancement.


« L’intrapreunariat peut être un tremplin pour une start-up mais également pour l’entrepreneur »


En effet, c’est une source de richesses pour un entrepreneur débutant qu’être épaulé par un grand groupe. En somme le parfait moyen de booster ses compétences.


Photo3


L’entrepreneuriat est une aventure excitante. Je conseille réellement aux étudiants d’avoir une expérience dans ce domaine. Que cela soit en tant que porteur de projet ou pas. Vous pouvez facilement développer vos compétences et accumuler de l’expérience significative en commençant par exemple à réaliser des missions sur la nouvelle plateforme Crème de la Crème.

Se rapprocher de votre association d’entrepreneurs est également un excellent moyen d’échanger vos expériences et d’en apprendre un peu plus. Déclic‘entreprendre, l’association d’entrepreneuriat de Néoma Business School Rouen, m’a permis de trouver de l’inspiration et de bons contacts. L'idée de cette association importante est de favoriser l'échange, le partage d'idées, de projets et de connaissances. Ceci est très propice à la créativité et l’innovation. En bref, même si vous ne souhaitez pas être entrepreneur, l’esprit entrepreneurial est une qualité qui séduit de plus en plus de recruteurs. Cela vous donnera donc une valeur ajoutée non négligeable lors d’un entretien.



Rédigé par Matthias Goldenberg
matthias.declic@gmail.com
Page Facebook
Déclic‘entreprendre
start-up weekend
Photos by Thomas Ciezar