MisterGoodBeer| Martin, Polytechnique, 24 ans

Chez Crème de la Crème, on supporte le statut auto-entrepreneur depuis le début. On aime bien les étudiants talentueux et encore plus ceux qui se lancent dans l'aventure entrepreneuriale. Cette fois-ci, c'est Martin, 24 ans, étudiant de Polytechnique, qui nous parle de MisterGoodBeer !


Logo

« Eté 2011, la prépa derrière moi, je passe mes vacances en Croatie avec des amis. Lors d’une longue escale entre Split et Novalja, nous cherchons, dans une ville inconnue, un bar où profiter d’une bière fraîche à un prix correct. N’y parvenant pas, nous nous résignons et payons notre pinte à 8€. Et tels les fondateurs d’Uber (toutes proportions gardées) inspirés en cherchant un taxi à Paris, l’idée de MisterGoodBeer germe : les jeunes ont besoin d’un site qui référence les bars où trouver les bières les moins chères.

À la rentrée suivante, j’intègre l’ENSAE et l’idée séduit vite mes nouveaux camarades. N’ayant jamais codé, créer un site web me parait compliqué et je me tourne vers une Google Map collaborative sur laquelle je demande à mes amis de renseigner leurs bons plans. Si cette solution m’a permis de collecter l’information, je n’étais pas satisfait de son ergonomie. Je ne voulais pas être un annuaire mais plutôt répondre à la question:


« Bon, où va-t-on boire un coup ? »


S’en suit un long chemin de croix, pendant lequel j’ai pris le temps d’apprendre à coder. Le site est sorti à la rentrée suivante avec la possibilité de filtrer la carte en fonction de l’heure qui nous intéressait (pour prendre en compte les happy hours) et du prix maximum qu’on était prêt à payer. Il trouve peu à peu son public qui insiste désormais pour avoir une version mobile. Deux nouveaux langages de programmation et un an plus tard, les applications sont disponibles sur iPhone et Androïd. Il me faudra encore un an pour rendre l’application collaborative en permettant aux utilisateurs de se créer un compte et d’ajouter, modifier et valider eux-mêmes des bars.


SOIF


Rentrée 2014, l’application est enfin aboutie et un article de Merci Alfred lui permet de se faire connaître. Cette année correspond à mon M2 qui a été intense scolairement parlant. Je laisse donc la programmation de côté et cherche uniquement à faire croître l’application afin de gagner en utilisateurs et en bars référencés.


« Être étudiant à ce moment là est un luxe »


Cela te permet de ne pas se focaliser sur la rentabilité, mais sur le produit en lui même. Je voulais qu’il soit le plus simple et le plus complet possible. Un seul moyen, trouver des utilisateurs qui pourront l’alimenter. Mais tout cela allait de pair avec un objectif parallèle, monétiser à terme l’application ce qui passe forcément par une grosse base d’utilisateurs.


APP


Le projet de monétisation, et donc de création de la société, démarre à la rentrée 2015. Je parle toujours de rentrée, car j’ai entre temps commencé un doctorat en machine learning à l’École polytechnique. Sans lien direct avec MisterGoodBeer, il s’agit simplement d’un autre sujet qui me passionne. Rentrée 2015 donc, l’application a rencontré son public et ne souffre plus de lacune technique. Je comprends donc que le moment est venu de passer à la vitesse supérieure. La concrétisation d’un business model devient un vrai sujet et c’est dans ce cadre que je rencontre Alice séduite par le projet et qui finit Centrale en filière entrepreneur. Nous travaillons ensemble depuis fin 2015, et allons bientôt agrandir l’équipe avec de premiers stagiaires.


Vous souhaitez rejoindre la plus cool des apps et boire de bonnes bières par la même occasion ?
Postulez ici pour un stage en dev mobile



Désormais nous incluons les professionnels du secteur dans notre réflexion. Nous sommes le lien qui leur permet d’atteindre et d’écouter leurs consommateurs. Pour l’instant nous organisons des pots dans des bars sélectionnés pour la qualité et le prix de leurs bières. Les utilisateurs en profitent et le bar est rempli le soir de son choix. Peu à peu nous ajoutons l’aspect qualitatif de la bière à l’application. Cela pour deux raisons, d’abord parce que nos utilisateurs du premier jour sont rentrés dans le monde du travail se permettent d’être plus exigeants, une tendance partagée par l’ensemble des Français, mais également car c’est ce genre de produit que les bars et les brasseurs préfèrent vendre.


Martin


Aujourd’hui, nous commençons à mettre en oeuvre notre business model. Demain, nous voulons l’éprouver, l’industrialiser, et très vite conquérir d’autres grandes villes, en pensant tout de suite aux métropoles européennes. Notre vision : être le réflexe des 18-35 ans quand ils veulent prendre un verre entre amis.

Si j’avais un conseil, ce serait de ne pas hésiter à se lancer dans la programmation. Pour cela le mieux est de travailler sur des projets concrets. Il y a en a de nombreux sur Crème de la Crème et ils doivent être vus par les étudiants comme autant d’opportunités de se perfectionner.



Rédigé par Martin Bompaire
martin@mistergoodbeer.com
MisterGoodBeer
Page Facebook Twitter