A-Broad | Quentin, Sup de Création, 24 ans

Chez Crème de la Crème, on supporte le statut auto-entrepreneur depuis le début. On aime bien les étudiants talentueux et encore plus ceux qui se lancent dans l'aventure entrepreneuriale. Cette fois-ci, c'est Quentin, 24 ans, étudiant à Sup de Création, qui nous parle de sa start-up A-Broad !


Logo



« À 24 ans, après une licence de trois ans en Design Graphisme à l’ECV (École de Communication Visuelle), je décide de continuer mon chemin dans la direction artistique à Sup de Création. J’aime me confronter à de nouvelles difficultés et me réinventer à chaque projet. J’aime également toucher à tout, du design d’objet au dessin, de la photographie à la vidéo, autant de supports qui me poussent à aborder l’art de différentes manières. Je voyage souvent pour explorer de nouveaux horizons et dépeindre les paysages du monde avec ma propre vision artistique. Ce qui reste essentiel pour moi, au-delà de la technique, c’est l’atmosphère qui se dégage des photos. C’est la raison pour laquelle je cultive une attirance particulière pour les ambiances sombres et mélancoliques qu’on retrouve dans de nombreuses séries photos comme « Gueules du Nord » (en cover), « Les animaux de la ville », « Street & Life Style » ou encore « Urbex » (toutes 3 ci-dessous). Cette dernière immortalise la ville de Roubaix et ses zones abandonnées et désaffectées que je dévoile sous un nouveau jour.
La photographie représente pour moi « une libre expression de la personnalité et des rencontres enrichissantes » que j’exprime à travers mes portraits et paysages au style singulier.


motos


bonnet


urbex



Passionné d’Urbex (exploration urbaine), j’ai commencé à récupérer les extincteurs laissés à l’abandon sur ces sites désaffectés. J’achève en Décembre 2014 une série d’extincteurs inspirés et revisités, qui ont été exposés aux galeries de la Reine à Bruxelles et au Carlton à Lille.


ext



J’ai donc décidé de créer mon statut d’auto-entrepreneur en novembre 2015 afin de proposer aux entreprises des extincteurs recyclés et personnalisés à l’effigie de leur marque. Plusieurs entreprises ont trouvé ça pertinent et original. Ils ont donc décidé de me contacter pour redonner vie à leurs extincteurs usagés. Ces derniers servent alors d’objet d’art, et permettent d’enrichir leur décoration d’intérieure de leurs locaux, tout en mettant en avant leur propre logo d’entreprise.


ext



À la fin de ma troisième année en Design Graphisme, je consacre la plupart de mon temps à la création et à la réalisation de mon magazine A-Broad Book. L’intégralité des projets à l’intérieur ont été crées par mes soins dont même les publicités qui sont fictives.

« A-Broad Book, c’est le fruit de deux ans de travail, de photographies, de voyages, de créations et d’inspirations. L’histoire de deux individus, A (Quentin Honoré) et B (Mathieu Renard), amis depuis 10 ans partis ABROAD pour grandir chacun de leur côté. L’un émigre en Australie l’autre au Pérou. Ils reviennent grandis. Le destin s’en mêle, ils intègrent deux écoles voisines. L’ECV pour A, l’ISCOM pour B. Ils se revoient et nourrissent l’idée de créer, ensemble. A et B deviennent A-B, l’entente d’un DA et d’un CR. Ensemble, ils fondent un A-BROAD BOOK, un BOOK, aux allures de magazine, un magazine aux allures de ROADBOOK. Moins que la destination, c’est le voyage qui compte.​ » Mais sans l’aide de mon pote d’enfance, ce projet n’aurait pas été réalisable. Il a ce don pour embellir mes projets artistiques avec les mots justes. Nous nous sommes alors rendu compte qu’il était primordial pour nous de bosser ensemble à l’avenir.


« Ce bonheur que nous procurait ce magazine est devenu essentiel »


Fort de ce constat, c’est en mars 2016 que nous décidons de créer notre collectif, nommé A-Broad Studio. De la rencontre de passionnés tant de mode, de tendances, que de design ou de publicité, est né le projet A-BROAD.

Au-delà d’une association de compétences, il est devenu un état d’esprit, un leitmotiv pour ses membres qui se complètent pour faire germer des idées innovantes. Les projets sont nombreux : une collection d’extincteurs réinventés, une série de court-métrages autobiographiques, la confection d’un magazine, des photo-shoots tirés d’une ambiance ou de l’actualité et bientôt une marque de vêtement…
La créativité issue du collectif s’exprime de manières variées pour trouver un public toujours différent. Ce collectif nous permet donc de nous exprimer de manière solitaire d’ordinaire mais aussi de se dévoiler en commun au travers d’une signature fédératrice.


« Le cinéma influence beaucoup mon travail »



Notamment les jeux de lumière et d’ambiance du réalisateur Gaspard Noé ainsi que ceux de Nicolas Winding (Drive, Only God Forgives). Je puise mon inspiration dans ces atmosphères obscures et dramatiques que j’insuffle ensuite à ma manière dans mon travail.
Autre influence majeure, la photographe Alexa King ; Ce que j’aime dans son travail, c’est qu’elle propose une nouvelle esthétique de la féminité et de l’érotisme, plus brute, plus moderne. Elle bouscule les normes avec des clichés décomplexés. Enfin, l’univers du voyage et de l’évasion me fascine, surnommé A-broad en hommage à ma passion pour les destinations lointaines dont l’Amérique du Sud, terreau inépuisable d’inspirations.


ext



Quand il a fallu exposer mon travail, communiquer et partager mes projets sur les réseaux sociaux, j’ai vite ressenti un manque de confiance en moi. L’idée du collectif est presque parti d’un constat comme celui-là, comment faire pour se rassurer et se dévoiler davantage ? Le simple fait de travailler en groupe nous est apparu comme une solution.

J’aimerai énormément que ce collectif découle sur différents thèmes : de la prestation photographique et vidéo à la réalisation d’œuvres d’art, de la création d’une marque de vêtements à la publication d’un magazine semestriel.

Beaucoup influencé par les sports extrêmes, j’ai toujours été fasciné par la détermination de ces sportifs de haut-niveau, cette volonté de toujours aller de l’avant, se réinventer et toujours étonner son public. **La volonté de se surpasser est nécessaire pour aboutir à la réalisation de vos projets de vie. Et la chance ? Ça se provoque. »

Rédigé par Quentin Honoré
abroad-studio.com Instagram Facebook