Heetch | Pourquoi il faut les sauver

Le 22 juin prochain, la start-up Heetch est convoquée devant le Tribunal Correctionnel de Paris pour délits « d’organisation illicite de mise en relation », «complicité d’exercice illégal de la profession de taxi » et de « pratique commerciale trompeuse ». A quelques jours de leur procès, Teddy un de ses fondateurs, nous raconte la naissance de Heetch et nous explique pourquoi il faut le sauver!


« Nous nous sommes 3 co-fondateurs et sommes des amoureux de la nuit. Nous voulons que les gens sortent plus souvent, plus facilement et profitent au maximum de leurs soirées. En 2013, nous nous sommes posé quelques questions simples : comment faire pour que les gens sortent plus souvent ? Qu’est-ce qui les freinent ? Quel est le plus gros problème rencontré lors des sorties ? La réponse est évidente : le transport.
A cette époque, les offres VTC sont inaccessibles, les taxis invisibles, et les transports en commun inexistants, notamment en banlieue. Ainsi, la nuit est coupée en deux : il y a ceux qui préfèrent rentrer chez eux tant qu’il en est encore temps et qui sautent dans le dernier métro, peu avant 2h, et il y a les plus courageux qui attendront le premier métro du lendemain.

« Nous avons donc décidé de lancer Heetch, une application de ride-sharing spécialisé sur les déplacements nocturnes »




voiture



La plateforme est ouverte tous les soirs, de 20h à 6h, lorsque les offres de mobilité sont les plus limitées voir inexistantes. En mettant en relation un passager qui ne trouve pas d’autre moyen de transport et un conducteur amateur prêt à partager ce trajet avec lui en échange d’un dédommagement, Heetch permet à de nombreux jeunes de rentrer en toute sécurité chez eux.

« Complémentaire des offres de transports traditionnelles, Heetch vient absorber les pics de demandes qui ne peuvent être comblés par l’offre existante »




Mockup



Nos conducteurs ne sont pas des professionnels mais des particuliers qui conduisent de temps en temps pour pour amortir les frais annuels de leurs voiture (étudiants, etc.). Ils se connectent principalement les soirs de week-end puisque nous réalisons 75% de nos trajets le jeudi, vendredi et samedi soir.

Sur Heetch, la proportion des trajets faisant intervenir la banlieue ne cesse de grimper. Et c’est tout à fait compréhensible, pour les jeunes résidants en banlieue il est très compliqué de se déplacer la nuit : les transports en communs sont quasi inexistants et les offres professionnelles ne sont pas adaptés aux budgets serrés des étudiants.

« Aujourd’hui, 70% de nos trajets font intervenir la banlieue »



80% de nos passagers n’utilisent jamais le taxi. Pourquoi ? La clientèle des taxis est composée majoritairement de touristes et d’hommes d’affaires. 42% des clients des taxis ou VTC ont plus de 50 ans, contre 0,9% des passagers Heetch.

Nos usagers ont entre 18 et 25 ans, sont étudiants et ne se retrouvent plus dans l’offre qui leur est proposée. Obliger les jeunes à rentrer de soirée avec un chauffeur professionnel, c’est comme obliger des jeunes à aller à l’hôtel lorsqu’ils sont en vacances : ça n’a aucun sens et ils ne le font pas.

« 80% de nos utilisateurs ont moins de 25 ans »


Le manque d’offre de mobilité nocturne pour les jeunes est un problème majeur qui induit des comportements dangereux qu’il faut combattre : alcool au volant, violences dans la rue en attendant l’ouverture du métro, etc. Heetch propose au contraire une solution sécurisante et adaptée aux attentes des jeunes lors de leurs retours de soirée.

« Grâce à Heetch, les jeunes peuvent rentrer en toute sécurité chez eux tout en profitant de leurs soirées »




Mockup


Heetch est une plateforme de l’économie collaborative qui met en relation deux communautés de particuliers. En acceptant de partager un trajet avec des passagers contre un dédommagement, les conducteurs peuvent amortir les frais de leur voiture.


« Chez Heetch, les drivers ne sont pas des professionnels, et les passagers ne participent qu’aux frais de la voiture ! »


Afin de respecter l’essence de l’économie du partage, nous avons mis en place un cadre strict :

  • Les conducteurs sont bloqués à hauteur de 6000€ par an, représentant le coût annuel d’une voiture (en moyenne en 2015, les conducteurs ont reçu 1858€, soit 36€ par semaine). sont des particuliers amateurs qui ne peuvent recevoir plus de 6000€ par an. Au delà de ce montant, ils sont bloqués.
  • L’arrangement est libre entre les deux communautés : nous suggérons simplement une proposition de participation aux frais, laissant les passagers libres de donner ce qu’ils veulent à la fin du trajet.

Les solutions proposées par Heetch


Depuis la loi du 17 août 2015 aux termes des dispositions du code des transports, le transport d’un passager par un particulier est légal lorsqu’il est effectué « à titre non onéreux » et tel est le cas lorsqu’il donne lieu à un simple « partage des frais » (article L. 3132–1 du code des transports).

Nos 2 propositions pour sortir de la crise:

  • Régler le conflit VTC/Taxis en permettant aux taxis d’accéder à la nouvelle clientèle numérique que les VTC ont su séduire, en garantissant deux avantages aux taxis : (l’exclusivité de la maraude physique et l’utilisation des voies de bus et taxis) et en créant une taxe de transition numérique applicable à toutes les plateformes de réservation pour compenser le changement numérique que subissent les taxis.
  • Préciser la notion de partage de frais : Afin de distinguer un usage « amateur » d’un usage «professionnel», il convient d'autoriser chaque particulier à participer à l'économie collaborative dans la limite de l'amortissement du bien qu'il propose en partage.

Ex: une voiture coûte environ 6000€ par an. Dès lors, nous proposons de permettre à chaque particulier d'amortir jusqu'à 5000€ par an sur sa voiture, et ce sur toutes les plateformes de mobilité partagée (covoiturage, location entre particuliers, ridesharing type heetch, etc.)

Pour soutenir Heetch avant son procès, rendez-vous sur Heetch.com ! »



Rédigé par Teddy Pellerin
Co-fondateur de Heetch