Pourquoi j'ai lancé ma startup tout en voyageant

Rédigé par François Grante, co-fondateur de Email hunter


« 2h30 du matin.

Les rues de Chiang Mai où je me suis installé il y a quelques semaines sont silencieuses. Je suis assez fatigué, mais impossible de fermer l’œil. Cela fait précisément un an que nous avons lancé notre dernière startup et le moins que l’on puisse dire est que nous ne nous ennuyons pas. Mais ce qui m’empêche de dormir ce soir n’est pas la surcharge de travail. C’est l’excitation.

Je file m’installer dans un de ces cafés ouverts 24h/24 en Thaïlande, prends un grand café noir et commence à coder cette mise à jour de notre application à laquelle je réfléchis depuis des heures. Cela ne donne sans doute pas très envie raconté comme ça. Mais pourtant je n’ai jamais été aussi heureux.

« Tout ne s'est pas passé comme prévu »



Ces 10 dernières années, j’ai suivi des choix qui se présentaient et me suis toujours débrouillé pour que ça se passe sans accrocs. Bon lycée parisien, classe prépa, école de commerce. J’ai toujours fait ce qu’on attendait de moi et les choix d’orientation se sont faits un peu par hasard.

Mais les premiers contacts avec la vie active ressemblent plus à une désillusion. Je découvre naïvement que la plupart des gens ne font pas le job qu’ils aimeraient faire. Pire, beaucoup se mentent à eux-mêmes en tentant d’y voir quelque chose de positif : un gros nom sur son CV, de l’expérience avant d’obtenir un meilleur poste, une rémunération confortable. Le raisonnement qui m’est le plus désagréable—et pourtant largement répandu—est celui de “sacrifier” X années de sa vie avant d’arriver à ce à quoi on aspire.

J’ai bien conscience qu’en sortant d’une “Grande École”, cette déception vis-à-vis du travail peut avoir l’air d’un caprice. Après tout, la préoccupation pour beaucoup est simplement de trouver un emploi et vivre décemment. Seulement voilà, je ne me reconnais pas dans cette vision du travail transmise par nos aînés et refuse faire autant de compromis sur ce qui occupe mes journées.

« J’ai finalement fait un choix qu’on ne m’avait pas proposé : travailler sur ce qui me passionne tout en voyageant »




voyage


« Soleil, plages et Wifi »



Le numérique permet, pour la première fois dans l’histoire, d’exercer son métier sans devoir se rendre sur son lieu de travail tous les jours. Lorsqu’on a toujours eu une route tracée devant soit et qu’on est habitué à jongler entre les contraintes, jouir d’un seul coup d’une telle liberté est en réalité assez effrayant. Par où commencer ?
Pour saisir pleinement cette opportunité, j’ai choisi un mode de vie le plus souple et minimaliste possible. Je ne séjourne qu’à l’hôtel ou en Airbnb, ne reste rarement plus de quelques mois au même endroit et vis uniquement avec un sac à dos de 32 litres. Si je commence à entrer dans une routine sans surprises, c’est qu’il est temps de repartir explorer.

Et le travail dans tout ça ? Ne vous méprenez pas : je ne suis pas en vacances. Bien souvent, les touristes que je croise découvrent plus de choses en une semaine que moi en un mois entier. Je travaille tous les jours de la semaine et parfois aussi le week-end. Peu importe. Parfois je me dis que ces touristes ont souvent patienté des mois en faisant un boulot à contre-cœur pour profiter de leurs deux semaines de vacances. Je me rappelle alors la chance que j’ai de bosser sur ce qui me passionne et de séjourner où je souhaite à temps-plein.




cocktail


Depuis un an je travaille avec Antoine sur Email hunter. L’entreprise grandit à une vitesse inespérée et nous voyons le fait de travailler à distance comme une opportunité incroyable. Nous sommes plus productifs en choisissant le cadre de vie et le rythme qui nous conviennent, et pouvons recruter dans le monde entier pour joindre à nous les meilleurs talents.

Je ne suis pas en train de vous vendre du rêve. Construire un tel mode de vie n’est ni facile, ni adapté pour tout le monde. Cela demande un effort conséquent en amont.

« Il existe de multiples façon de travailler tout en voyageant »



Dans certains cas, vous pouvez tout simplement poursuivre votre activité à distance. Mais si vous voulez tout plaquer pour lancer votre propre affaire et conquérir votre indépendance, ayez conscience à l’avance de l’investissement en temps et en énergie que cela va représenter.

Certains vous diront que cela peut se faire en quelques mois avec de la motivation et les bonnes méthodes. Je pourrais vous dire la même chose pour vous encourager à franchir le pas. En vérité, cela vous prendra sans doute beaucoup plus, qu’il n’y a pas de recette toute faite, et que vous avez de grandes chances d’abandonner avant d’y parvenir.
La bonne nouvelle, c’est que si vous n’abandonnez pas vous finirez bien par réussir quelque chose. Mais généralement à un prix que vous n’auriez pas imaginé au départ.

« Qui est prêt à vous suivre ? Supportez-vous l’isolement ? »


Adopter un mode de vie plus nomade signifie se détacher de votre famille et de vos amis qui ont probablement un boulot dans votre ville d’origine. Votre éventuel conjoint peut-il prendre la route avec vous ? L’équation n’est pas simple : plus vous êtes mobile, moins vos relations sociales sont fortes. À vous de trouver l’équilibre qui vous convient.
J’ai toujours bien supporté la solitude, souvent même apprécié. Mais je sais que c’est loin d’être le cas de tout le monde. Vous devez y réfléchir avant de vous lancer dans une aventure similaire.




piscine


« Un mouvement est en marche »



J’entends de plus en plus de personnes de ma génération remettre en question le travail dans sa forme actuelle. Pourquoi je passe le plus clair de mon temps sur quelque chose que je n’aime pas ? Pourquoi je passe deux heures par jour dans les transports en commun alors que mon boulot consiste à rester devant un ordinateur ? Quel est le sens de ce que je fais ?

La plupart voient le fait pouvoir travailler en étant géographiquement indépendant comme un mode de vie tout à fait enviable, mais n’estiment pas pouvoir l’adopter par manque de compétences. C’est une erreur.

Les parcours comme le mien restent des cas assez isolés que l’on se plaît à décrire dans les articles de blog. Mais une chose est sûre : le numérique va continuer à transformer profondément la façon dont chacun peut travailler et nous serons de plus en plus nombreux à saisir notre chance.


J’ai cherché un groupe Facebook similaire sur le sujet mais en vain. Nous allons contruire une communauté de nomades digitaux. Rejoignez-nous ! »


Sur Crème de la Crème, tu peux effectuer des missions depuis le monde entier ! Un business plan depuis Bali, le développement d'une app à Cape town, un plan de com en Californie... c'est toi qui choisit d'où tu travailles ! Tu peux aussi checker notre article sur les digital nomad pour tout comprendre sur ce mode de vie :)


Rédigé par François Grante
Co-fondateur @ Email hunter
Twitter