ALMATY | Pourquoi partir au Kazakhstan en 6 raisons




Nom : Sarah Gillot
Age : 21 ans
Université d’échange : KIMEP University
Durée : 1 an



« Délaisse les grandes routes, prends les sentiers » Pythagore


Le Kazakhstan, quelle drôle d’idée ! Quand en février 2013, à 18 ans, je décide de mon séjour universitaire au Kazakhstan, beaucoup me regardent avec de gros yeux. Qu’est ce qui m’a pris ? Pourquoi ce choix ? Et puis c’est où d’abord ?

Oui, j’en suis consciente, le Kazakhstan n’est pas une destination comme les autres. Je ne connaissais rien de ce pays et mon entourage non plus. Je savais à peine le situer sur une carte ! Et pourtant, par désir de partir là où je ne retournerai – a priori – plus jamais et par soif d’aventure, c’est vers Almaty que je m’envole pour un an, en août 2013.




sarah



Almaty est l’ancienne capitale de ce grand pays, situé entre la Russie et la Chine. 1 million d’habitants y vivent et il s’agit aujourd’hui encore de la ville la plus dynamique et culturelle du Kazakhstan. Et voici 6 raisons d’y poser ses bagages pour un plus ou moins long séjour :


1 - Un peu d’histoire



Le Kazakhstan est le neuvième plus grand pays du monde mais ne comporte que 18 millions d’habitants, appelés les Kazakhs ou les Kazakhstanais. Entre Almaty, la plus grande ville du pays, et la célèbre Astana, capitale depuis peu, le territoire n’est que steppes, vallées et montagnes.

Aujourd’hui l’intégralité de la population parle russe (merci à mes 7 années d’apprentissage dès le collège !), suite à son appartenance à l’Empire Russe et par la suite à l’URSS. En 1991 ce grand pays prend son indépendance et Noursoultan Nazarbayev, le pouvoir. Depuis, il est resté président et continue de gouverner. La grande majorité du pays soutient et apprécie le président bien que cette proportion diminue dans les classes plus aisées de la population.

Au Kazakhstan, environ 70% de la population est de confession musulmane pour 30% d’orthodoxes. Les grandes mosquées côtoient les églises colorées et c’est un plaisir de voir cette diversité et cette multi-culturalité !

Vivre à Almaty c’est découvrir une histoire et un peuple dont on ne nous parle pas à l’école, apprendre à prendre du recul sur leur passé et leur histoire pour comprendre leur situation actuelle. La photo ci-dessous était la vue depuis ma cuisine, plutôt pas mal, non ?



vuecuisine


2 - Les soirées



Oui alors bon, je sais ce que vous vous dites : l’histoire c’est bien beau mais si j’étudie là-bas, concrètement, le soir, je fais quoi ? Pas de panique ! Almaty vit au rythme de la fête, Almaty vit la nuit. La population est très jeune et apprécie les sorties nocturnes pour se déhancher sur les sons russes du moment (la culture de leur voisin est très présente et ancrée). Étonnement ils écoutent aussi Stromaé ou encore K-Maro ! Ici, la vodka est l’alcool le plus consommé et ne coute vraiment (vraiment) pas cher.

Le soir – la journée aussi – les filles d’Almaty s’habillent. Talons, robe de cocktail, brushing et maquillage, l’objectif est de séduire. Devant les grands miroirs des boîtes de nuit, elles dansent pour elles, en ne se souciant que du moment présent. Les garçons eux, par respect, vérifient souvent si la fille est mariée avant de l’aborder. Dans ce pays où les familles se fondent très tôt, le couple est important, le mariage aussi.

Un endroit à conseiller ? Le Chukotka du parc Panfilov ! Un club aux faux airs de maison coloniale, sur deux étages, avec de longues tables en bois où les Kazakhs dégustent pizza et vodka pour se détendre. Des concerts live le week-end complètent cet endroit plein de charme où la jeunesse dorée de la ville aime se rendre le samedi.



papi



Je ne m’attendais pas à découvrir des endroits modernes et originaux pour mes sorties nocturnes alors qu’Almaty regorge de bars, restaurants et clubs très animés où il est vraiment agréable de sortir. Et si vous préférez utiliser votre voix, sachez que les Kazakhs sont passionnés de karaoké. Il en existe plusieurs et le choix de chansons françaises est vaste, pour notre plus grand bonheur !


3 - La nature et les montagnes



En allant à Almaty vous aurez la chance de vous trouver à 30 petites minutes des pistes de ski de la station Shymbulak et de la patinoire de Medeu. Vous pourrez louer vos skis dans le centre-ville et vous rendre au pied des remontées mécaniques en taxi. Une aubaine dans ce pays où la neige recouvre les rues pendant de longs mois de l’année. Au-delà du ski, les amoureux de la nature seront servis dans ce vaste pays où les randonnées sont très nombreuses et les points de vue à couper le souffle.

Un endroit à conseiller ? La forêt submergée du lac Kaindy, à 130 kilomètres d’Almaty. Une merveille de la nature qui ne laisse personne indifférent ! Ski, randonnées, lacs, équitation dans les steppes… Le Kazakhstan est fait pour les amoureux de sport, de nature et de paysages sublimes.



arbres


4 - Les voyages



L’une des raisons principales qui m’a poussée à choisir le Kazakhstan est la diversité des voyages qui m’attendait. Les immanquables :

  • Astana, la capitale : comme un champignon au milieu du désert, Astana a poussé comme Dubaï, en très peu de temps. Alors que la capitale du pays se trouvait initialement à Almaty, elle a été déplacée à Astana afin de se rapprocher de la Russie. Astana est à voir le temps d’un week-end pour se rendre compte de l’absurdité du lieu !

  • L’Ouzbékistan : s’il n’y avait qu’un voyage à retenir ça serait celui-là. Beaucoup plus touristique que le Kazakhstan, l’Ouzbékistan vous emmènera sur les traces de Tamerlan (1336 – 1405) qui était un lointain parent de Gengis Khan, et surtout grand chef de guerre et érudit. À visiter : Samarcande la magnifique, Khiva cité merveilleuse derrière ses murailles et Bukhara pour ses mosquées et ses balades.

  • Le Kirghizistan : ce pays voisin est resté beaucoup plus ancré dans ses traditions et son passé que le Kazakhstan qui se modernise. Ici, vous payerez vos repas avec des liasses de billets énormes mais vous ferez surtout de merveilleuses randonnées à cheval dans les steppes enneigées. Hors du temps !

  • Les lacs Kaindy et Kolsai : A une centaine de kilomètres d’Almaty, ces lacs Kazakhs se visitent le temps d’un week-end et valent vraiment le détour. Perdus dans la forêt vous les atteindrez après une jolie randonnée. Le plus ? Avec mes amis nous avons dormi chez l’habitant, une expérience incroyable !

Prévoyez le temps de trajet pour chaque destination car les transports ne sont pas rapides dans cet immense pays. En revanche, vous ne regretterez aucun de vos déplacements. Le Kazakhstan et ses voisins sont encore préservés de l’afflux de touristes, profitez-en !



paysage


5 - Les spécialités culinaires



Et niveau gastronomie, on mange quoi ?

  • Le plov (recette ouzbèke) : très certainement le plat que j’ai préféré : du riz, de la viande (tout sauf du porc), des carottes, des oignons, beaucoup d’huile et des épices. Même si le raffinement n’est pas total, le plat aura le mérite de vous caler pour la journée.

  • Le lagman (recette ouzbèke) : il s’agit d’une soupe de nouilles aux légumes et à la viande. Un peu plus léger que le plov, ce plat est très apprécié des ouzbeks.

  • Les mantys (recette ouzbèke et kazakhe) : il s’agit de raviolis fourrés à la viande, cuits à la vapeur, et souvent servis avec du beurre ou de la crème.

  • Les chachliks : des brochettes au barbecue ! En été, les kazakhes apprécient les soirées dans les parcs à grignoter ces brochettes de viande avec des oignons, de la sauce piquante, du pain et des pintes de bière. Cette spécialité se retrouve dans de nombreux pays d’Asie Centrale et jusqu’en Israël.

Au Kazakhstan vous ne serez pas au régime mais pas d’inquiétude, vous compenserez par vos longues marches dans les montagnes !




cuisine


6 - Spécificités au Kazakhstan


  • Les taxis : ils peuvent être assimilés à du stop payant. Ici, on tend la main, une voiture s’arrête (taxi d’état ou simple particulier souhaitant arrondir ses fins de mois), on négocie la course et on monte.

  • Les cours : ici on entre et on sort quand on veut, pour appeler, pour acheter à manger…Il n’y a pas de pause déjeuner à l’université donc il faut se débrouiller autrement lorsqu’une petite faim se fait sentir.

  • Une communauté française très soudée : à Almaty les expats et étudiants français ne sont pas nombreux. De nombreux événements sont donc organisés pour se retrouver et au final, tout le monde se connaît : un bon moyen pour se faire des contacts business ! L’Alliance Française et le Consulat nous ont impliqués dans l’organisation d’événements, de conférences, de soirées…Et c’était un réel plaisir de penser à notre pays même à des milliers de kilomètres de ce dernier !

Revenir sur une année complète au Kazakhstan n’est pas possible mais je peux vous assurer d’être dépaysés en voyageant dans ces contrées lointaines. Le petit plus : les kazakhs adorent la France : ils seront enthousiastes à l’idée de discuter avec vous et le français est un atout charme indéniable !



final


Si vous souhaitez vous envoler vers Almaty, n’hésitez pas à me contacter pour plus de conseils ou tout simplement pour en discuter. Bon voyage à tous !



Rédigé par Sarah Gillot
sarah.gillot@ieseg.fr