Freelancing VS Job Étudiant

Les années étudiantes sont surement les plus amusantes de votre vie, mais aussi les plus agressives pour votre compte en banque. Emprunt, loyer, courses, soirées, voyages … Le solde chute pendant qu’au niveau des rentrées d’argent, il ne se passe pas grand chose ! Pour s’en sortir, il y a bien sûr l’option du job étudiant: plus de 70% des jeunes travaillent chaque année en parallèle de leurs études. On peut penser qu’il s’agit d’un moyen de commencer à se créer un réseau professionnel, de gagner en autonomie et de mieux appréhender la vie en entreprise, pourtant la réalité est souvent toute autre.

Sinon, avez vous sérieusement envisagé le freelancing ? Crème de la Crème y a pensé pour vous et vous donne toutes les bonnes raisons de vous y mettre, maintenant. Missions valorisantes sur le CV, réseau pro, applications des connaissances et fortes rémunérations, être freelance c’est dans votre intérêt !




student


« Où je veux, quand je veux »

VS

« 8h-20h le samedi »



Le job étudiant le soir après les cours ou le week-end, ce n’est pas facile tous les jours, mais il faut bien ça pour payer son loyer. Les horaires sont contraignants : « J'ai besoin de flexibilité, de gérer le temps à ma manière. Ce que ne peut pas m'offrir un job d'étudiant avec des horaires fixes », explique Cléa Jordier, une étudiante inscrite sur la plateforme Crème de la Crème.

À contrario, pour travailler en tant que freelance, vous n’avez besoin que de votre ordinateur, d’une connexion, et d’un téléphone ! Vous pouvez travailler chez vous sous la couette ou dans un lieu public en terrasse d’un café, là où vous vous sentez le plus à l’aise ! Vous pouvez même travailler en voyageant, à l'autre bout du monde ! Vous organisez votre travail en fonction de vos besoins, de votre activité, de votre entourage … Midi ou minuit, le freelance n’a pas d’horaires ! C’est vous qui choisissez si vous voulez des missions de quelques jours, quelques semaines ou quelques mois : vous êtes votre propre patron !

L’expérience d’auto-entrepreneur vous fera en plus gagner en autonomie, en organisation et en indépendance. Besoin de lever le pied avant les partiels ? Pas la peine de démissionner de son job étudiant, si vous êtes freelance, prenez tout simplement moins de missions sur la plateforme ! Coup de coeur pour la nouvelle paire édition limitée de Reebok ? Une analyse marketing pour la SNCF et c’est réglé.


« J’ai facturé 800 euros ma dernière mission »

VS

« 8€ / heure »



Certes, les revenus ne sont pas fixes, mais il est tout à fait possible de gagner 1000 euros par mois, et ça en plus de ses études ! De plus, être auto-entrepreneur peut vous permettre de commencer à rembourser un éventuel prêt étudiant, de mettre des sous de côté ou de profiter tout simplement. « Avant je devais économiser plusieurs mois pour aller dans mes restos préférés, aujourd’hui ce n’est plus l’affaire que de quelques missions.» déclare un des étudiants inscrits sur Crème de la Crème.

Les missions peuvent aller de 15 à 20 000 euros, il est donc possible de re-remplir ses caisses en peu de temps ou de couvrir son éternel découvert. Nombreux sont les étudiants qui sont partis en vacances, comme Alice qui s’est offert un voyage à Bali après seulement 4 missions, ou ceux qui en même pas un mois, et loin du plein temps, ont gagné assez pour s’acheter une voiture !



money


« Missions Web pour la Société Générale »

VS

« Plongeur en cuisine »



Et sur le CV? Vous vous doutez bien que des missions pour de grandes entreprises valorisent plus votre candidature que du baby sitting. Nos étudiants effectuent de multiples missions, parfois plusieurs en même temps, et autant d'expériences leur permettent d'enrichir leur CV et le légitimeront auprès de futurs employeurs.

« Depuis que j'ai commencé les missions, j'ai déjà reçu 7 propositions d'embauche ! » déclare un de nos étudiants.

Lors de vos entretiens, le fait d’être auto-entrepreneur va vous démarquer des autres et montrer que vous êtes proactifs. Enfin, pour ceux qui veulent créer leur boîte, avoir commencé par une expérience auto-entrepreneur est un excellent atout !


« Déjà 4 missions avec ERDF »

VS

« Distribuer des flyers toute la journée »



« Je viens de réaliser trois articles pour Pernod Ricard ! », « J’ai aidé un ancien DJ international à monter sa startup dans le milieu de la musique électronique.», « En ce moment, j’aide un entrepreneur à trouver des fonds pour ouvrir une pharmacie en Afrique » : des punchlines parmi tant d’autres de nos étudiants qui commencent à se façonner d’importants carnets de contacts et se rapprochent indubitablement de leurs clients et des entreprises. C’est très loin d’être négligeable, c’est même indispensable et un réel tremplin pour l’avenir !

En réalisant des missions pour des professionnels vous vous tissez un vaste réseau professionnel dès vos plus jeunes années, et c’est vital pour votre avenir ! Car en principe, si vous êtes encore en plein dans vos études, à part les stages, votre réseau professionnel se résume à votre promo. Penser freelance, c’est penser réseau, et ainsi assurer votre carrière à venir. Il est grand temps de vous y mettre et tout de suite si vous ne voulez pas vous laisser dépasser par cette nouvelle tendance !



contacts


« J’applique mes cours sur le terrain »

VS

« Livreur de pizzas »



« Pas besoin de savoir faire un business plan ou des calculs de finance pour tenir une caisse. On ne nous demande pas de prendre beaucoup d’initiatives... ». En freelance, on peut déjà faire profiter de son expertise et parler avec des chefs d’entreprises sans barrière. On devient la personne qui sait de quoi elle parle, et plus « l’étudiant » ! Plus vous allez faire de missions, plus vous allez progresser techniquement et vous professionnaliser. Résultat : vous allez gagner en confiance.

Le statut d’auto-entrepreneur est un passage nécessaire pour avoir la chance de mettre en œuvre ses compétences et d’approfondir son expertise. « Je n’ai cessé d’apprendre sur le terrain » affirme Cléa, étudiante sur la plateforme. Elle dit d’ailleurs se rendre compte que les entreprises recherchent l'agilité digitale et les connaissances acquises par la génération Y pour avancer sur leurs projets numériques. « J'applique sur le terrain ce que j'apprends en cours », poursuit-elle. Il ne faut pas avoir peur de se lancer. « En fait, on est plutôt là pour leur apporter des clefs qu’ils ne maîtrisent pas encore ». Il est incroyable de voir qu’un très grand nombre de nos étudiants n’ont que 19 ou 20 ans : n’attendez pas qu’il soit trop tard, des centaines de missions correspondent à votre profil et vous êtes complètement capables d'y répondre!

Il existe d’ailleurs une forte communauté Facebook très animée où sont regroupés les étudiants de Crème de la Crème qui s’entraident et se donnent des conseils chaque jour. Toute une équipe est aussi présente pour vous épauler et vous accompagner de A à Z dans vos démarches et vos missions.


Freelance

VS

Stage



Dans un stage, on est souvent confiné au « rôle du stagiaire » en bas de l’échelle hiérarchique. En freelance, les clients viennent chercher les étudiants pour leur expertise et ça change la donne. On passe à une transmission de savoir horizontale, et à une relation d’égal à égal ! Il n’y a plus d’échelle hiérarchique quand on est auto-entrepreneur. Chaque mission devient un projet pour lequel vous êtes le chef d’orchestre. Exit le stage « machine à café », place à l’autonomie et à la reconnaissance de vos compétences.




team




En conclusion, le statut de freelance séduit de plus en plus de par les fortes rémunérations auxquelles il donne accès ainsi que par l’expérience et les contacts qu’il apporte. En Europe, en 2014, il y avait près de 9 millions de travailleurs indépendants, dont 700 000 en France, et en 10 ans ce nombre a augmenté de 85%. La vague des freelances n’est pas prête de s’arrêter, et vous avez aujourd’hui la chance d’en être les grands gagnants !