LockSelf | Julien, 24 ans, Epitech

Chez Crème de la Crème, on supporte le statut auto-entrepreneur depuis le début. On aime bien les étudiants talentueux et encore plus ceux qui se lancent dans l'aventure entrepreneuriale. Cette fois-ci, c'est Julien, 25 ans et diplômé de Epitech, qui nous parle de sa start-up LockSelf !


logo


Je m’appelle Julien Tessier, j’ai 24 ans et je suis passé par l’école Epitech Paris que j’ai quitté durant ma dernière année d’étude.

J’ai commencé mon premier projet entrepreneurial durant mes études alors que je jonglais entre mon alternance, mes études et ce projet, et celui-ci fut un échec qui m’a permis de me remettre en question et de créer LockSelf en partant sur des bases plus solides que pour mon précédent projet en étant cette fois ci entouré d’associés de confiance. Ce projet est la résultante d’une dizaine d’années de participation au milieu du hacking Français, d’abord comme hobby, puis gagne-pain, c’est aujourd’hui un projet sur lequel je travaille à plein temps et pour lequel j’ai quitté mon précédent job.

L’entrepreneuriat a toujours été une envie présente depuis le début de mes études mais l’envie s’est concrétisée après trois années de salariat où j’ai compris que l’entrepreneuriat serait l’unique moyen d’être challengé sur la durée et d’en assumer pleinement les succès et les échecs.



Lock


La réflexion globale et la responsabilité sur toutes les facettes d’un projet, qu’elles soient techniques ou non, permet d’adopter une vision plus générale et oblige à prendre du recul sur son propre travail, c’est cette approche d’un projet qui me fait et me fera vibrer pendant encore longtemps.

Durant toutes mes années de « hacker » lorsque une attaque était menée, celle-ci se focalisait sur « la grande porte », le serveur présenté au publique était passé au crible et des failles de sécurités étaient très souvent trouvées.

Depuis quelques années les entreprises ont fini par comprendre que ce qui était exposé au publique devait être une forteresse car les attaques étaient devenus incessantes. Les serveurs publics sont devenus avec le temps (pour les grandes entreprises) quasi impénétrables, cela a donc entrainé une modification des « schémas » d’attaque pratiqué par les hackers.

Dorénavant, lorsqu’une entreprise est attaquée, que ce soit dans un but d’espionnage ou de destruction, les pirates passent par les postes utilisateurs des salariés de la société.



lock


Un email vous invitant à découvrir les photos de vacances d’un collègue inconnu (tellement de collègues que je ne l’ai surement jamais croisé), votre curiosité prenant le dessus sur le respect envers votre collègue et vous ouvrez les photos. Des photos sans intérêts, vous fermez la fenêtre et vous n’avez aucun moyen de voir qu’un cheval de Troye était caché dans la photo et vient de s’installer sur votre ordinateur de travail.

Dorénavant, vos mots de passe, vos fichiers et votre connexion internet est sur écoute et le pirate consulte ces données tous les soirs jusqu’à ce qu’il tombe sur une information intéressante comme vos identifiants de connexion au CRM de l’entreprise par exemple.

Partant du constat que les cibles des pirates ont évoluées et que la protection des attaques doit maintenant se porter sur les données des salariés et de son ordinateur, nous avons développé la plateforme LockSelf pour permettre aux entreprises de toutes tailles de gérer la disponibilité des données confidentielles vers les salariés et de chiffrer ces dernières afin que seul le salarié soit en mesure de les déchiffrer. Le tout en utilisant une plateforme aussi simple d’utilisation que robuste et sécurisé.

À ce jour, les rencontres m’ayant permis de porter ce projet là où il se trouve sont indéniablement mes associés, Joseph Tresca et Lucas Tadajewski.

lock

Au-delà des conseillers business et des investisseurs qui sont souvent de bon conseil, quoiqu’un peu déconnectés de la réalité du numérique d’aujourd’hui, le plus important est la collaboration avec mes associés. Celle-ci est primordiale pour se relever après un échec et pour éviter le mur quand on s’y dirige à pleine vitesse. La remise en question permanente que nous pratiquons à chaque début de semaine associé à cette bonne entente qui permet de se dire les choses et de ne pas tourner autour du pot nous fait gagner du temps et de l’argent!

Les moments les plus difficiles sont souvent liés au manques de réalisme (ça ne se passe jamais comme on le pensait au début), manque temps et manque d'argent (vous n'avez même pas encore signé de premier contrat que vos frais administratifs vous rattrapent..). Le manque de temps arrivant très vite car manquant d'argent, le temps devient une denrée très importante !

Beaucoup d'amis nous ont permis d'avancer sans fond, un copain comptable, designer, une cousine pro du market, un amie spé communication etc... Sans eux nous n'en serions pas là aujourd'hui croyez-moi!

lock



Avec le temps, ces difficultés ont évolué, étant dorénavant financés nous pouvons réfléchir différemment et travailler sur de la R&D par exemple.

Alors comme nous, restez déterminer, ne pensez pas à combien vous allez gagner mais demander vous plutôt si vous être prêt à vous donner jusqu'à ce que la machine prenne !

A court terme nous devons valider l’utilité de notre produit auprès des entreprises en signant avec sociétés de toutes tailles et de différents secteurs. A long terme nous souhaitons prioriser la sensibilisation des salariés et des particuliers aux risques d’internet et aux moyens de se sécuriser. Avec l’explosion du numérique que nous vivons et l’explosion à venir de la cyber-criminalité, nous souhaitons que la France ne soit pas sous informé et que ses citoyens ne servent pas de « victimes idéals » pour les pirates du monde entier.



lock



Si je devais conseiller un étudiant souhaitant se lancer dans l’aventure je dirais qu’il faut toujours réfléchir avant d’agir.
Une fois que le « Quoi », « Comment », « Pourquoi » et « A qui » est clairement définit soyez fou et tentez le coup, profitez des échecs pour vous relancer jusqu’à atteindre le succès, ne vous laissez pas abattre par les gens qui ne croiront pas en votre projet si vous êtes persuadé que celui-ci a de l’avenir.

Mais également :

  • Ne pas hésiter mais toujours rester déterminé, c’est long, ça ne se passe jamais comme on le croit au début.
  • Parler un maximum de son idée, et se confronter au client le plus possible, c’est lui qui aura l’avis le plus important.
  • Faites-vous accompagner un maximum, mettez votre égo de côté et demandez conseil.
  • Ne jamais sous-estimer l'opportunité, mais croyez-moi vous pouvez aussi l’attendre toute une vie alors bougez-vous et créez là.

Je connais la Crème de la Crème depuis sa création et son évolution m'a bluffé. Nous l’avons utilisé dans notre société de services pour plusieurs missions: Prospection / Business plan, et nous étions très satisfait du résultat et surtout de la rapidité de mise en place de la collaboration. Pour info nous allons en septembre reprendre contact pour proposer à des étudiants des missions de prospections !





Rédigé par Julien Tessier
Follow us on Facebook Twitter