Futsal-Store | Victor, Neoma, 25 ans

Chez Crème de la Crème, on supporte le statut auto-entrepreneur depuis le début. On aime bien les étudiants talentueux et encore plus ceux qui se lancent dans l'aventure entrepreneuriale. Cette fois-ci, c'est Victor, 25 ans et diplômé de NEOMA Business School, qui nous parle de sa start-up Futsal-Store !


logo

J’ai 25 ans, j’ai commencé par un lycée général avec un BAC ES, durant lequel j’ai crée un club de Futsal du coté de Reims de 16 à 18ans. À l’époque, nous étions le plus grand en terme de licenciés (33), à une époque où la discipline n’était absolument pas ce qu’elle est aujourd’hui.

Durant mon année de terminale, j’ai commencé à monter Futsal-Store, en parallèle du bac et de mon club, et je suis rentré l’année suivante à NEOMA Business School. Mon objectif? Faire de Futsal-Store la référence dans ce domaine en France et à l’étranger !

J’ai toujours voulu associer travail et passion. Ça doit être quelque chose de motivant, où l’on se sent bien, pour pouvoir être épanoui d’une façon générale. L’idée d’avoir des supérieurs, quand j’étais petit, me déplaisait déjà. Le fait d’avoir trouvé cette voie est donc plutôt un bon challenge, plein d'adrénaline. Il me reste maintenant à prouver que le projet peut prendre et se développer encore et encore !

Pour l’anecdote de l’existence de Futsal-Store, c’est plutôt rigolo. Un ami, à l’époque de la création des auto-entreprises, vient me solliciter afin de nous associer pour créer une entreprise de « miroirs personnalisés ». Pas bien emballé par le projet, je lui ai proposé en rigolant de créer la boutique de mon club de Futsal de l’époque, afin de diversifier les revenus. C’est en fouillant un peu sur internet que je me suis aperçu que rien n’existait en e-commerce spécifique Futsal. J’ai débuté le projet le lendemain.



victor



Concernant le développement, j’ai travaillé durant 5 ans sur la construction du site, son évolution, son référencement, sans forcément me soucier du démarchage commercial, car j’étais encore étudiant et ne pouvait pas tout gérer. C’est depuis 2015 que je m’y suis mis à fond, avec Edouard un ancien collègue de promo. On a doublé le CA la première année, et sommes bien partis pour faire la même chose pour le prochain exercice !

La motivation c’est de partir de 0, et de se dire qu’aujourd’hui les gens nous font confiance, on travaille avec des clubs, entreprises et particuliers français, mais aussi en Guyane, Belgique, et parfois même de Chine !

Les rencontres clés, c’est un peu au quotidien. C’est tous les gens qui te parlent de ton projet, de ce qui est bien, ce qui l’est moins. Plus j’ai de réactions et plus ça m’aide. Je n’ai pas eu réellement de personne « clé » dans ma démarche, bien que j’ai reçu énormément de conseils de personnes très compétentes.

Concernant mes inspirations, j’ai toujours admiré Jean-Michel Aulas, qui n’est parti de pas grand chose pour créer un logiciel de comptabilité, l’a développé, et par la suite a fait de grande chose avec l’Olympique Lyonnais ! Ça reste un modèle de réussite pour moi.



futsal

Découvrez cette nouvelle collection ici !


Les problématiques, comme tout jeune entrepreneur qui veut développer sa boite, sont surtout financières. J’ai eu la chance de récupérer de la love money dans un premier temps, puis de faire appel à une levée de fond dans un second temps (qui a eu lieu le 6 octobre).

À part ça, il s’agissait plutôt de récupérer les deux grosses marques que sont Adidas et Nike. La première m’a fait confiance, et a compris l’enjeu d’être présente chez un spécialiste d’un sport qui est en forte croissance, pas l’autre.

Comme je le disais, la levée de fond devant intervenir prochainement devra nous permettre de développer un outil nous aidant à pénétrer le marché plus facilement. Ça reste, pour le moment, l’enjeu prioritaire. Si cela fonctionne, nous aimerions pouvoir dupliquer le modèle dans les pays où le Futsal est développé d’ici 3 à 5 ans !

L’entrepreneuriat est quelque chose de réellement passionnant, qui demande pas mal de caractère mais qui vaut la peine d’être vécu. Peu importe la conclusion de l’histoire, l’expérience accumulée, les rencontres faites ne remplacent pas une autre expérience professionnelle.



frfr


À l’époque de mes études, j’aurais bien aimé avoir un service comme Crème de la crème. Cela m’aurait permis de partager mon expérience avec des gens recherchant des compétences spécifiques. J’utilise maintenant la solution pour partager avec d’autres étudiants, et prendre le maximum de conseils possibles !


CODE PROMO DE 10% SUR TOUTE LA BOUTIQUE :


HELLOCREME





Rédigé par Julien Tessier
Follow us on Facebook Twitter