Hopaal | Clément, Toulouse Business School, 23 ans

Chez Crème de la Crème, on supporte le statut auto-entrepreneur depuis le début. On aime bien les étudiants talentueux et encore plus ceux qui se lancent dans l'aventure entrepreneuriale. Cette fois-ci, c'est Clément, 23 ans et diplômé de Toulouse Business School, qui nous parle de sa start-up Hopaal !




logo


Hello ! Je m’appelle Clément, j’ai tout juste 23 ans et je viens de finir mon master 2 Entrepreneuriat à Toulouse Business School. Après une prépa et un stage en finance de marché à Paris je me suis dit que ce serait quand même vachement plus sympa de créer sa propre boîte dans un secteur d’activité un peu plus fun et détente que la banque. Passionné de sports outdoor je suis donc parti lors de ma césure suivre une formation de six mois sur la conception des textiles techniques à Annecy suivi d’un stage de six mois en Inde à Bangalore dans une usine de confection. C’est lors de cette année de césure que Hopaal a vu le jour.



#Chez Hopaal notre mission est la suivante : Sauver le monde en s’habillant

Rien de prétentieux, juste une vision qui nous plaît et nous fait doucement sourire. Nous sommes deux chez Hopaal, bientôt 3 ! Mathieu et moi, nous nous sommes rencontrés sur les bancs de TBS et étant tous les deux curieux et sensibles à l’environnement, on s’est vite penché sur l’industrie du textile. Nous sommes de plus en plus informés aujourd’hui quant aux problèmes soulevés par cette industrie mais pour avoir voyagé et avoir visité de nombreuses usines de confection une chose est sûre : il y a du pain sur la planche ! Hopaal symbolise notre réponse aux problèmes de cette industrie en proposant une nouvelle approche et en partageant notre vision du monde.



Hopaal


Notre constat est simple. D’un côté l’eau est l’un des plus gros problèmes de l’industrie du textile : pour la réalisation d’un simple T-shirt - entre la culture du coton et sa confection - il faut plus de 2 700 litres d’eau (le triple pour un sweat !) ! À la louche ça représente 300 packs de 6 bouteilles d’eau par T-shirt : c’est comme ça qu’on a asséché la mer d’Aral, c’est balèze quand même ! Alors que l’on sait que l’eau est amenée à manquer ce gaspillage est juste alarmant.

De l’autre nous cherchons tous à nous impliquer dans des actions positives et à faire un geste pour l’homme et la planète mais les occasions se font rares. On a donc cogité à comment régler ces deux problèmes et Hopaal est né. L’objectif est de réaliser des vêtements cool 100% recyclés en laissant nos clients reverser 10% du prix de leur achat à une cause qui importe.



Hopaal


#Vêtements cool 100% recyclés

Très attentifs au design, on cherche avant tout à proposer à nos clients des produits sympa et esthétiques. L’autre point positif c’est que la confection de nos T-shirts transforme des chutes de tissu et des bouteilles en plastique en de tout nouveaux T-shirts. Ce procédé de recyclage valorise donc des produits voués à finir dans la nature en de tout nouveaux produits et n’utilise que 50 litres d’eau, l’économie est donc considérable ! Avec un mélange 60% coton recyclé et 40% polyester recyclé, on a un T-shirt confortable, doux et résistant!



#10% pour une cause qui importe

Le concept des 10% est le meilleur moyen pour impliquer nos clients dans des actions concrètes et de donner aux gens sur le terrain les moyens de mener à bien leur mission. Avec nos partenaires nous avons déjà pu transplanter plus de vingts boutures de coraux en Indonésie, payer les frais de trois patients dans le besoin, aider deux micro-entrepreneurs et retirer 15 tonnes de déchets dans les alpes françaises. Ce n’est qu’un début et les opportunités ne manquent pas ! L’idée est que chaque client puisse trouver une cause qui lui tient à cœur et nous voulons donc agrandir notre palette de propositions à d’autres domaines tels que l’éducation et bien d’autres encore.



Hopaal


#Notre ambition est donc double : minimiser notre impact environnemental et maximiser notre impact positif

L’idée de Hopaal a germé l’été dernier alors qu’on travaillait tous les deux au pays Basque. C’est à ce moment là que le déclic s’est fait et qu’on a commencé à réfléchir sérieusement à la base qu’on voulait donner à Hopaal. C’est en Janvier 2016 qu nous sommes passés à l’action en participant à la Social Cup organisée par MakeSense pour tester le concept, sans le moindre prototype !

On est arrivé en demi-finale et ce concours nous a garanti 1 000 euros de dotation sur notre future campagne de crowdfunding. Ce concours nous a bien aidé car il nous a fait réfléchir à certains axes importants de notre projet. Suite à ce concours, je suis donc parti six mois en stage en Inde dans une entreprise de confection textile, l’occasion rêvée pour apprendre le métier de confection et pour partir à la rencontre de nos fournisseurs. Ces six mois nous ont permis de rencontrer tous les acteurs de la chaîne de production et de construire une chouette relation avec les deux usines partenaires par lesquelles nous passons pour réaliser nos produits. Pendant ce temps là, Mathieu gérait tout le côté administratif, marketing et opérationnel de Hopaal depuis la France.



Hopaal


Notre campagne KissKissBankBank a vu le jour en Juin et s’est déroulée sur un mois. L’objectif initial était de 6 000 € mais il a été dépassé en quelques jours seulement. On ne s’y attendait pas du tout et on a été très surpris par l’enthousiasme que le projet a suscité. À vrai dire on est ravi car c’est la plus belle preuve de concept qui puisse nous être faite. L’enthousiasme était tel qu’on a dû arrêter de vendre des T-shirts et proposer des bons d’achat pour l’ouverture future du site ! On ne pensait pas du tout en arriver là au lancement de la campagne. Ce qui nous fait très plaisir c’est qu’au final parmi les contributeurs on ne connait même pas 10% des personnes. On espère que l’enthousiasme va perdurer !

Pour l’anecdote ça fait maintenant un an qu’on développe Hopaal et comme Mathieu et moi adorons voyager on n’a encore jamais été dans la même ville en même temps. C’est en Janvier 2017 qu'on va enfin se retrouver à Toulouse pour faire décoller le projet et faire face aux beaux challenges qui nous attendent. On vous invite d’ailleurs à nous suivre et à parler de Hopaal autour de vous !



Hopaal


Pour l’instant nous avons notre site www.hopaal.com sur lequel nous expliquons notre concept et commercialisons nos premiers T-shirts. La seconde collection est en cours de production donc de nouveaux T-shirts et des sweats à col rond vont arriver début 2017. L’objectif est d’ouvrir la gamme à un maximum de produits (on peut tout faire avec du recyclé) et de gagner en visibilité. D’ici quelques jours, nous allons mettre en ligne des cartes cadeaux qui donneront un accès privilégié à cette nouvelle collection 2017, ça peut être une chouette idée de cadeau pour Noël !

Je donnerais deux conseils à tout(e) jeune étudiant entrepreneur qui désire se lancer. Le premier est d’entreprendre dans un secteur qui lui plaît tout simplement car il ou elle sera beaucoup plus motivé(e). On n’a pas le temps de travailler pour des choses qui ne nous intéressent pas. Le second est d’oser rencontrer les gens, leur demander des conseils, de l’aide etc. En Inde je me suis retrouvé dans des situations farfelues où l’on pensait que j’étais un gros acheteur mais ça m’a permis de rencontrer beaucoup de gens et de faire avancer Hopaal plus vite que prévu.



Hopaal


Se lancer en étant étudiant est un luxe car ça ne demande que du temps. Je pense d’ailleurs que ce que propose Crème de la Crème est un super moyen de découvrir des secteurs, des activités et de se challenger aux défis quotidien des start-ups. Crème de la Crème me semble donc être un excellent moyen pour se préparer et se tester tout en mettant ses compétences au profit de chouettes entreprises !



Rédigé par Clément Maulavé
hello@hopaal.com
Follow us on Facebook Twitter Instagram Linkedin