Le Wagon | 9 semaines de code pour fonder ma start-up

Rédigé par Henri Jousse, ESCP, 25 ans et co-fondateur de LiveTonight


En mai dernier j’ai terminé mes études à l’ESCP Europe. Début juin, j’attaquai la formation du Wagon à Nantes et allai vivre une expérience hors du commun. Retour sur 9 semaines qui peuvent changer une vie.





Pourquoi Le Wagon ?



L’année dernière, lors d’un séminaire chez FaberNovel dans le cadre de mes études à l’ESCP Europe, j’ai eu l’occasion de discuter avec Stéphane Distinguin, son PDG. Il m’a confié que pour lui, savoir coder était un énorme plus aujourd’hui, quand bien même l’on n’avait pas pour vocation à devenir développeur. Il m’a également confié, et c’est plus inquiétant, que les générations qui viennent auront toute au moins des rudiments de code, et ce qui était un « plus » aujourd’hui serait une compétence de base demain et a fortiori un handicap pour ceux qui ne la possèdent pas.

L’attrait pour le code, que je commençais déjà à avoir suite aux 6 mois que j’avais passé dans le e-commerce chez Jumia, s’en ai alors vu renforcé. Ayant moi-même pour projet d’entreprendre, le Wagon, une formation de code dont j’avais entendu beaucoup de bien, me tendait plus que jamais les bras. C’est donc à la fois la volonté d’entreprendre et l’envie de travailler dans une start-up qui m’ont tourné naturellement vers le code.

Voici 4 bonnes raisons qui poussent à faire le Wagon :

1) Mieux comprendre les mécanismes présents derrière le fonctionnement d’un site internet et le développement d’une culture « web ».

2) Vouloir travailler dans une start-up dont le produit est un site web, en particulier pour les postes de « Product Manager » qui sont aujourd’hui ouvert à tous mais qui demain, avec la popularisation du code dans l’enseignement, seront réservés aux éléments ayant des connaissances dans la matière.

3) Avoir la volonté de devenir développeur web (création de sites internet).

4) La volonté d’entreprendre sans avoir à dépenser une somme astronomique dans le développement pour se lancer – car le plus dur reste à venir.


code-livetonight-le-wagon



Pour information, intégrer le Wagon n’est pas un problème : vous passerez simplement un entretien pour qu’ils s’assurent que vous voulez faire cette formation pour les bonnes raisons.

L’organisation de la formation



Début juin je commençais donc ma formation au Wagon de Nantes et c’est 9 semaines d’une intensité insoupçonnée qui commençaient. En y repensant, comment aurait-il pu en être autrement ? Le Wagon parvient à donner la compétence de développer des sites internet à des individus qui partent de zéro, compétence très prisée et très valorisée par les recruteurs.

Les 9 semaines s’organisent de la manière suivante :

  • 3 semaines de Ruby (le langage « back end » qui fait tourner le site)
  • 2 semaines de HTML, CSS et JavaScript (les langages « front end » qui donne son apparence côté utilisateur au site)
  • 2 semaines de Rails (le « framework » qui englobe tout ça)
  • 2 semaines de projets très intensifs où l’on code en équipe un site internet de A à Z.

Les journées passent très vite, et peu à peu on se prend complètement dans l’aventure code. On se réveille en pensant aux exercices de la veille et en commençant à s’intéresser au cours du jour. On prend la route pour aller dans les locaux, toujours incroyables d’ailleurs, du Wagon en écoutant des podcasts de code. Après un rapide café en débriefant les enseignements de la veille avec les « buddies » (chaque jour on code avec un « buddy », camarade de promotion avec lequel on échange), on attaque le cours pendant une heure et demi, de 9h à 10h30. On ne comprend pas tout, pas grand-chose même quelques fois.


code-livetonight-le-wagon



Heureusement, on enchaine après avec 7 heures d’exercices. A l’issue, prendre l’air 5 minutes s’avère souvent indispensable avant d’attaquer le « live code », un exercice codé par le professeur devant toute la classe pendant environ une heure. A ce stade ça commence tranquillement à rentrer. Complètement farcis, on se couche tôt et en se réveillant le lendemain matin on commence à y voir un peu plus clair et à digérer la journée de la veille. Mais c’est une nouvelle journée qui commence, avec une cadence qui s’accélère.

Pendant les deux dernières semaines, semaines des projets, les heures de sommeil sont réduites et on cravache pour présenter le plus beau site possible pour le « demoday », le jour de la présentation des projets devant les autres élèves, des anciens, des recruteurs, des
« startupeurs » et tout un tas de curieux.

Vous enchainez avec une grosse soirée, mais vous l’avez rarement autant mérité.

Retour



Le Wagon est une expérience extraordinaire, forte en émotion. C’est une vraie aventure, aussi bien intellectuelle qu’humaine : tout au long du parcours, cet apprentissage et cette émulation collective créent de vrais liens.

C’est en partie cette intensité qui forge des liens aussi fort. A l’heure où j’écris cet article, 1179 jeunes développeurs du Wagon sont connectés sur Slack. Cette communauté est extrêmement animée et très soudée.


code-livetonight-le-wagon



L’intensité de la formation n’est néanmoins pas le seul facteur qui explique ce tel sentiment de communauté en seulement 9 semaines. Pour beaucoup d’entre nous, c’est un nouveau début, un changement radical dans un parcours professionnel. De nouvelles perspectives s’offrent à nous, que l’on se dirige vers des métiers de développeur, vers une activité freelance ou vers des postes en start-up.

Sur le plan purement intellectuel, Le Wagon apporte une compétence énorme. Il faut se méfier néanmoins : on ne devient pas un développeur web aguerri après 9 semaines. La plus grande force du Wagon n’est pas de nous donner les bases du code pour développer un site internet.

Le Wagon nous apprend avant tout à apprendre à coder et ces 9 semaines ne sont que le début de l’aventure.

Et maintenant ?



Dans la foulée du Wagon, j’ai continué mon apprentissage en codant LiveTonight, un projet entrepreneurial que j’avais à cœur depuis quelques temps, et sur lequel, malgré son lancement il y a plus de deux mois, je continue de coder presque quotidiennement.


code-livetonight-le-wagon



L’idée est de développer la musique live en France dans les bars, à l’instar de ce qui peut se faire en Irlande par exemple ou en France le soir de la fête de la musique. Pour ce faire, on référence les concerts qu’il peut y avoir dans les bars et on met en relation bars et musiciens. J’essaie de faire connaitre le produit auprès de tous, car le produit s’adresse à tous : qui n’aime pas la fête de la musique ?

La formation du Wagon a été une aventure extraordinaire, aussi bien en termes de code qu’en termes de rencontres. Mais c’est aussi et surtout une aventure qui m’a permis d’en vivre une autre : l’aventure entrepreneuriale.




Rédigé par Henri Jousse
Follow Live Tonight on Facebook & Instagram