Allons Enfants, au Parlement !

Rédigé par Lou Welgryn, Présidente Think Tank chez Allons Enfants, 22 ans.


« 52, c’est le pourcentage de jeunes qui ne comptent pas aller voter aux présidentielles. »


Alors aujourd’hui j’ai envie de lancer un appel. Pas un coup de gueule non, parce que déplorer la situation actuelle est loin de suffire à la résoudre. Il faut aussi proposer des solutions. Un appel parce que de nos jours la jeunesse est trop souvent associée au désintérêt politique, à l’inexpérience et au désengagement. Un appel parce que dès qu’une enquête parle de la jeunesse, c’est pour y dépeindre une réalité où deux tiers des moins de 25 ans ne trouvent pas leur place dans la société et un quart des jeunes est au chômage. Un appel parce la jeunesse est écartée de la société, et qu’il ne tient qu’à elle de faire changer cela.

Et la condition de ce changement c’est le renouvellement en politique.


allons-enfants



Le monde a changé. Il change et il changera encore plus vite. Mais la politique et surtout ceux qui la font, n’ont pas bougé. Nous vivons aujourd’hui sous la tyrannie de la gérontocratie : seuls 0,1% des élus locaux ont moins de 25 ans. Au Parlement, l’absence de la jeunesse, dans sa diversité, est encore plus flagrante que dans les conseils municipaux : l’âge moyen des parlementaires est de 66 ans. Les seniors aux commandes sont souvent dépassés ; brillants sur bien des points certes, mais de véritables analphabètes technologiques. Nés avant la loi de Moore, ils sont en décalage avec un monde qui s’est brusquement accéléré. Ils ont des difficultés à bien appréhender le futur et à adapter les institutions au monde qui vient. Leur intérêt pour les jeunes ne se manifeste que tous les 5 ans. D’élection en élection, ils tentent de nous séduire par des promesses à durée de vie limitée qui s’évanouissent dès le vote passé. Seule une députée a été élue alors qu’elle avait moins de 25 ans. Elle s’appelle Marion Maréchal Le Pen et elle n’incarne pas à mes yeux les valeurs de la jeunesse française : une jeunesse qui, si elle ne s’engage pas en politique, reste tournée vers l’avenir, ouverte au monde et prête à contribuer autrement.

Nous les jeunes, nous ne pouvons pas rester passifs.« Be the change you wish to see in the world » disait Ghandi. Il est de notre responsabilité de nous mobiliser, de participer au débat national, d’être acteurs du changement que nous aimerions voir s’opérer dans la société. Après tout, les décisions prises aujourd’hui déterminent le monde dans lequel nous serons seuls à vivre demain. Il y a urgence à faire évoluer les règlementations, à repenser notre modèle de protection afin qu’il s’adapte à toutes les nouvelles formes de travail. Urgence à favoriser les innovations qui inventent et redéfinissent la société au lieu de les combattre.

« Urgence à prendre le virage du numérique. »



allons



Alors tirons parti de notre jeunesse, et affirmons-la comme une force. Cette naïveté, cette innocence qu’elle nous confère est source d’une gigantesque puissance créatrice. Car aujourd’hui ce sont les jeunes qui changent la face du monde, qui s’absolvent des contraintes en inventant de nouvelles manières de voir et de faire les choses. Larry Page, Charles Lindbergh, Steve Jobs, et tant d’autres … quel âge avaient-ils lorsqu’ils ont commencé à bouleverser le monde dans lequel nous vivons ? Moins de 25 ans ! Et tous ces entrepreneurs ont réussi à s’affranchir des barrières de l’expérience pour arriver sans complexe avec des idées qui ont mis à mal toutes les normes établies.

Pour faire une place à la jeunesse nous avons donc tout simplement décidé de lui créer son propre parti. Allons Enfants est né à Saint-Cloud lors des élections municipales de 2014. Il a été porté par 35 jeunes lassés de l’inertie politique de leur maire. Ensemble ils ont décidé de redynamiser leur ville. Des jeunes qui s’ils ne s’étaient pas présentés ne seraient surement jamais allés voter. Des jeunes qui ont réussi par leur envie d’agir à obtenir 15% des voix et ainsi remporter deux sièges tout en évinçant le FN de son fief national.

Fort de cette victoire locale, Allons Enfants décide de se donner une envergure nationale et se fixe pour objectif d’avoir 10 000 jeunes dans les conseils municipaux après les élections de 2020 pour insuffler un vent de jeunesse dans toute la France. Aujourd’hui ce sont près de 100 jeunes qui participent au quotidien au fonctionnement du Parti à Paris mais aussi dans les antennes de Lille, Strasbourg, Aix-en-Provence et bientôt Bordeaux. C’est un parti qui pense, qui fonctionne et qui agit différemment pour montrer qu’il existe une autre manière de faire de la politique.


allons


« Un parti fondé sur 3 piliers : jeune, transpartisan et participatif. »



Jeune parce qu’Allons Enfants est organisé et géré par des étudiants et jeunes actifs de 18 à 25 ans. Etre porté uniquement par des jeunes constitue une véritable rupture et nous permet d’incarner une vision nouvelle, désintéressée, qui se projette dans le temps. Cependant, si le parti est mené par des jeunes, il reste destiné à tous.

Transpartisan, parce qu’Allons Enfants veut dépasser l’étiquetage gauche-droite qui mine le débat politique pour transcender les clivages partisans. Une idée est bonne si elle permet d’apporter des solutions concrètes aux problèmes de société. Point barre. Cette ouverture d’esprit nous permet de rassembler des sensibilités politiques très différentes et fait toute la richesse du programme d’Allons Enfants.

Participatif parce que nous voulons réassocier les citoyens aux décisions et à la vie politique. Start-up politique, Allons Enfants fonctionne de manière horizontale en intégrant tous ses membres au fonctionnement et à la production des idées. Cet aspect participatif est aussi incarné par notre partenariat avec ruche.io, une plateforme de démocratie participative qui a pour but de recréer un dialogue entre les élus et leurs citoyens. Elle permet à chaque citoyen de proposer des idées pour sa ville, de réagir et de commenté les idées des autres. Mais elle permet aussi aux élus de soumettre leurs propositions pour voir si elles sont en adéquation avec les attentes des citoyens. Saint-Cloud est ainsi devenu la première ville de France où nos deux élus portent à l’ordre du jour les idées de leurs concitoyens.



allons



La solution que nous proposons donc avec « Allons Enfants », c’est d’ASSOCIER les jeunes au pouvoir. C’est permettre à la société de bénéficier de la force créatrice de la jeunesse. Car l’inexpérience des jeunes est un atout. C’est l’opportunité d’inventer le monde à venir autrement, loin de tout formatage des modèles du passé, des modèles dépassés. La solution c’est l’unisson des générations, l’alliance de l’expérience des anciens et la compréhension intuitive du monde que possèdent naturellement ceux qui ont été biberonnés au smartphone. La solution, c’est 100 candidats qui arboreront les couleurs d’Allons Enfants aux élections législatives pour porter la voix de la jeunesse au parlement.

Ensemble soyons optimistes, utopistes, naïfs, rêveurs, ambitieux … Bref, réinventons la politique et changeons la France de demain.

Si jamais tu veux participer à ce changement avec Allons Enfants, contacte nous sur notre Page Facebook.


logo