Too Good To Go | Lucie, Centrale, 25 ans

Chez Crème de la Crème, on supporte avec conviction les étudiants freelance depuis le début, et encore plus ceux qui se lancent dans l'aventure entrepreneuriale. Cette fois-ci, c'est Lucie, 25 ans et diplômée de Centrale Lille, qui nous parle de sa start-up Too Good To Go !


logo-toogoodtogo-startup

Je suis Lucie Basch, j'ai 25 ans et je suis ingénieur centralienne. J'ai démarré ma carrière dans l’agro-alimentaire au Royaume-Uni. J'ai toujours été sensible à la cause environnementale et notamment à l’alimentation durable. Mon engagement dans la cause du gaspillage alimentaire m’est venue après quelques années passées dans l'industrie agro-alimentaire, où la surproduction est la norme.

« J'ai donc décidé de mettre mon énergie au service de causes qui ont du sens et j'ai quitté mon boulot pour créer Too Good To Go. »


De retour en France, c’est désormais entourée d’une dizaine de personnes engagées que la solution sensibilise des dizaines de milliers d’utilisateurs en France au gaspillage !


toogoodtogo-startup-entrepreneuriat



Evoluer dans une grande entreprise est très formateur, mais chaque action a un impact minime au niveau de la société. La croissance des inégalités et des absurdités environnementales m’a fait prendre conscience de l’urgence d’agir, pour permettre aux futures générations de grandir dans un monde plus juste et durable. Je me suis engagée dans ce projet sans forcément me projeter au long terme, mais surtout parce qu’il était nécessaire pour moi d’agir à une échelle plus grande.

« Faire évoluer les choses et avoir un impact, voilà ce qui m’a motivée depuis le début ! »



J’ai eu un réel déclic le jour où j’ai réussi à sauver de justesse les invendus d’un commerçant qui allaient finir à la poubelle. C’est ce jour-là que j’ai réellement décidé de quitter le monde de l’agroalimentaire, et de porter un projet qui a du sens. Actuellement, c’est ⅓ de la production mondiale qui est jetée chaque année, quand 800 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde. En France 10 millions de tonnes de nourriture par an finissent à la poubelle. Too Good To Go agit à son échelle, en connectant les commerçants qui ont des invendus avec des consommateurs qui sont ravis de passer les récupérer à petit prix ! Une solution gagnant-gagnant où le commerçant ne jette plus ses invendus et les fait découvrir à une nouvelle clientèle, et où le grand public se régale à petit prix ! Aujourd’hui, plus de 100 000 repas ont déjà été sauvés de la poubelle !

Au cours de mon parcours, j’ai fait beaucoup de rencontres toutes plus inspirantes les unes que les autres, qui m’ont permis à la fois de me forger mon opinion, mon discours, mais également de structurer mon projet, mon entreprise et mes équipes.


toogoodtogo-startup-entrepreneuriat



Maxime de Rostolan, le fondateur de Fermes d’Avenir est une source d’inspiration pour son engagement sans limite et son expertise sur les problèmes de notre agriculture, et de l’alimentation de demain. Si on ne modifie pas nos modes de consommation, nous ne pourrons bientôt plus nourrir la planète. Les co-fondateurs de Phénix ont été d’une aide précieuse : travaillant dans le même secteur, nous avons partagé beaucoup et leur expérience et conseils sur nos défis similaires nous ont permis d’avancer plus vite et plus intelligemment. Enfin, Frédéric Laloux, auteur de Reinventing the organization, pour sa manière de voir l’organisation de demain m’a permis d’apprendre beaucoup en terme de management de mon entreprise et de mes équipes. Je pense qu’il est également important de repenser nos modes organisationnels pour permettre à chaque membre de l’équipe de s’impliquer, d’apprendre et de se développer professionnellement et personnellement.

Nous rencontrons bien sûr de nombreux défis au quotidien ! Et c’est justement le charme d’être un entrepreneur, tout faire pour les régler, et passer au suivant. Entreprendre en étant aussi jeune implique de devoir apprendre beaucoup de choses dans de nombreux domaines, et très vite.

« Ce que j’aime dans mon métier, c'est apprendre chaque jour et être multi-tâche ! »



toogoodtogo-startup-entrepreneuriat



Au niveau du projet, le plus gros défi que je rencontre aujourd’hui est sûrement de construire une équipe à forte croissance tout en conservant des objectifs et des valeurs de hiérarchie plate, d’entreprise libérée, pour m’assurer que chacun, dans mon équipe, s’épanouisse au mieux dans l’aventure !

Le développement de l’application a été très rapide : nous avons démarré l’aventure en juin 2016 et nous avons atteint aujourd’hui plus de 850 commerçants partenaires ! Ce sont au total plus de 300 000 personnes qui ont téléchargé l’application. Grâce à cette belle communauté nous avons sauvé plus de 100 000 repas de la poubelle. Notre ambition est d’être présents partout en France, mais aussi en Europe et dans le monde entier ! Le gaspillage alimentaire n’a pas de limite géographique et nous développons déjà la solution dans 5 autres pays en Europe.

« Suivez vos passions et mettez toute votre énergie à leur réalisation ! »



toogoodtogo-startup-entrepreneuriat



Acceptez de faire des erreurs, apprenez d’elles et passez à la prochaine ! Tombe, relève toi et continue d’avancer.

Réaliser des missions pour se former, c’est la clef de l’apprentissage ! Une mise en pratique vaut 10 fois une application théorique. Le monde des start-up en est la preuve et c’est une expérience formidable pour apprendre énormément de choses en peu de temps !





Rédigé par Lucie Basch
Follow us on Facebook Twitter & Instagram