Devenir freelance pour monter en compétences | Colombie

IESEG
#Etudes de marché, #Business Plan, #Strategie Digitale
Voir le profil

Diva, étudiante en Master à l'IESEG, nous raconte sa vie de digital 'know-mad' en Colombie où elle s'épanouit en tant que freelance. Elle voulait lier sa passion pour les voyages et son désir d'émancipation et elle y arrive grâce au freelancing : « Je l’ai rencontrée sur Internet, quand je préparais mon départ à l’étranger. Elle avait déjà la réputation sulfureuse et dangereuse, mais tout en restant encore méconnue, aux trésors cachés restés intacts. »








La Belle Colombie



J’y ai étudié pendant un an, la plus belle rencontre de ma vie. Quand je suis rentrée en France pour mon Master en Entrepreneuriat et Innovation, la vie m’a parue trop calme, trop peu aventureuse. Je rêvais salsa, déjeunais merengue, passais ma journée reggaeton, sortais au « Latina », et allais me coucher bachata… Et c’est alors qu’à la recherche de nouvelles aventures, j’en ai trouvé une, différente et attirante. Elle m’offrait toute la liberté, l’indépendance et l’autonomie que je cherchais : Crème de la Crème.

Septembre 2016, c’est officiel je suis une étudiante freelance



Je découvre tout un nouveau monde qui me passionne. Tous le contenu diffusé et la disponibilité de l’équipe de la Crème ont rendu la démarche facile et rapide. On se familiarise vite avec notre nouveau statut. Construire mon profil de freelance a été un excellent exercice d’auto évaluation et d’auto analyse. Il m’a amené à me poser des questions sur ce que je savais faire, ce que je voulais faire, comment je voulais le faire. Avec un peu de recul aujourd’hui, je sais que mon expérience freelance a été clé pour mon orientation professionnelle. Elle m’a permis de faire des choix selon des critères que j’ai pu faire évoluer pour les adapter à ce qui m’épanouie vraiment. Je me suis donc testée au début, en essayant différentes missions comme la traduction, la rédaction d’articles, la communication, jusqu’à finalement trouver mon vrai terrain de jeu : les Études de marché et les Business Plan.



alt



Pour mon deuxième semestre de Master, je décide de me lancer dans un nouvel échange universitaire. Curieuse de découvrir quelque chose qui m’était encore inconnu, je m’envole pour Bangkok en Thaïlande. J’ai très vite compris que je m’étais trompée. Mais ce n’est pas grave, je n’ai jamais regretté mon choix car une expérience, bien qu’elle soit sous forme d’échec ou d’erreur est toujours formatrice. Après 6 mois en Asie du Sud-Est, j’ai voulu prendre mon temps, continuer de découvrir ce qui me passionne vraiment et c’est comme ça que j’ai décidé de prendre ma césure. Je dois aussi admettre que je cherchais absolument un moyen de retourner en Colombie et qu’y trouver un stage était la meilleure option.

En césure



Entre mes deux années de Master, je travaille pour un écosystème entrepreneurial en Business Intelligence sur les fonds d’investissements internationaux. Je travaille aussi pour l’une des « start-up » de l’écosystème : la franchise colombienne de TalentSoft, entreprise française. J’aide à son développement sur le marché naissant et bouillonnant de la Colombie et à la coordination des actions entre les deux pays.
Mais à côté de cela, je continue à m’épanouir en tant que Freelance.

Je découvre les environnements de mes clients, de nouveaux secteurs, de nouvelles activités. J’ai maintenant des clients colombiens et des clients français ! Faire des missions en France, devant une scène de théâtre latino, m’a permis de développer de nouvelles idées, de m’imprégner de façons de faire différentes mais inspirantes ! Vivre et travailler depuis l’étranger donne l’opportunité de créer des synergies entre les deux mondes qu’on fréquente. Et c’est personnellement ce qui m’anime le plus !


À relire : travailler en voyageant, ma vie en remote chez Doist



alt


Digital know-mad



Alors si jamais vous avez des doutes à vous lancer dans le freelancing depuis l’étranger, ou à devenir un digital « know-mad », je vous encourage à les dépasser et à vous lancer dans cette nouvelle aventure. Alors oui, vous n’enverrez plus de sms, mais des WhatsApp, ne passerez plus d’appels mais des Skype, mais ce n’est vraiment pas un problème. Si ça l’est pour l’un de vos clients, je m’en sers personnellement de filtre pour identifier quelqu’un qui a un état d’esprit qui ne correspond ni à mon travail, ni à mes centres d’intérêts, ni à mon mode de fonctionnement.

Ce qui constitue selon moi, la plus grande difficulté, c’est gérer le décalage horaire. J’avoue m’être trompée plusieurs fois d’horaire, ou même de jour. Car un « demain » quand il est 23h pour vous, et 6h pour votre interlocuteur… ça pose problème. Le changement de l’heure d’été, à l’heure d’hiver, ne mérite même pas de commentaire. Mais après une erreur, et avec un peu d’organisation, le problème est vite résolu.


Pour aller plus loin : Se cultiver sur son temps libre, la clé du succès



N’hésitez pas à vous lancer dans l’aventure, ça sera sans regrets. Au contraire, ça sera profiter d’un quotidien animé et surprenant, avec des voyages et des rencontres, des challenges et des réussites, et pour ma part, beaucoup de liberté et d’enrichissement! Être freelance à l’étranger n’est pas une difficulté mais une opportunité. ¡ Vamos !


Diva @IESEG
#Etudes de marché, #Business Plan, #Strategie Digitale