AGRICOOL | Guillaume, IESEG, 30 ans

IESEG
Co-Fondateur @Agricool
Voir le profil

Je suis Guillaume Fourdinier, cofondateur avec Gonzague Gru, de Agricool. Notre start-up a pour ambition de proposer une agriculture urbaine, qui s'inscrit dans une démarche écologique et de développement durable. Notre volonté est de rendre accessible à tous des fruits et légumes excellents, sans pesticide.






L'entrepreneuriat



Pour moi, un agriculteur est un entrepreneur, un chef d’entreprise. Il est indépendant et doit gérer son entreprise de bout en bout. Il est responsable de sa stratégie, passionné et prêt à se consacrer à 3000% à son projet. En tant que fils d’agriculteur, j’ai baigné dans cet environnement et rapidement eu envie de me lancer moi aussi dans cette aventure. Après avoir navigué entre plusieurs projet, j’ai finalement trouvé celui qui faisait le plus sens à mes yeux.





Le projet



Lorsqu’on est arrivé en ville dans le cadre de nos études, on a pris conscience de la différence de goût entre les fruits et légumes que nous mangions à la campagne depuis notre enfance et ceux que nous pouvions trouver à Paris ou à Lille. Pour nous, il n’était pas question d’abandonner cette qualité.

On a commencé par faire le plein de produits frais à chaque week-end en famille mais vous vous en doutez, cette solution n’était pas pérenne. Nous avons donc commencé à réfléchir à une solution. Le constat est simple : aujourd’hui, les fruits et légumes que nous mangeons en ville sont sélectionnés pour être indestructibles et non pas pour leur goût ou leurs valeurs nutritives. La fraise est pour nous un des fruits qui reflète le mieux cette situation. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’en moyenne, 75% des fraises vendues à Paris viennent du sud de l’Espagne ou du Maroc. Elles parcourent plus de 1500 kilomètres avant d’arriver dans nos assiettes. Partant de là on s’est dit que la meilleure solution était de trouver une nouvelle façon de produire, directement en ville.

On a commencé en essayant de produire des fraises dans un appartement. Nous avons créé une tour fermée avec 10 pieds de fraisiers, un petit circuit d’eau et une led devant. L’installation était plus à l’état de bricolage que de technologie, mais notre objectif restait le même : produire au moins une fraise avec du goût.






Pari réussi ! Les premières fraises étaient excellentes. Il fallait maintenant voir plus grand, réfléchir à un moyen de produire en ville non pas 1 fraise, mais des milliers. C’est dans la cour de la ferme des parents de Gonzague qu’on a eu le déclic. Un container était installé là depuis quelques années. L’avantage : c’est un format standard, une brique de lego qui peut être posée n’importe où. Si on peut produire la dedans des fruits et légumes avec du goût dedans, on pourra faire la même chose en ville, et partout dans le monde.









Aujourd’hui, nous avons recréé dans ces Cooltainers un paradis pour fruits et légumes : meilleure luminosité, meilleure qualité d’air, meilleur humidité. Nous sommes 120 fois plus productif que dans une agriculture en pleine terre, et d’économiser 90% d’eau et de nutriments. Nous ne travaillons par ailleurs qu’avec des énergies renouvelables.


Les rencontres



Depuis le début de l’aventure, nous avons croisé la route d’un nombre incroyable de personnes exceptionnelles. Collaborateurs, investisseurs, clients, partenaires, startupeurs, tous nous ont challengé sur l’ensemble de nos sujets et nous ont permis d’avancer à une vitesse folle.






Les problématiques rencontrées



Réaliser un premier prototype, faire connaître notre projet, lever des fonds pour pouvoir lancer une phase complète de recherche et développement, recruter les meilleurs pour décoller, trouver des emplacements pour nos Cooltainers, vendre nos premières barquettes… Les challenges sont nombreux et autant d’opportunités pour grandir. Une règle d’or chez Agricool ? Nous ne prenons jamais rien pour acquis. Nous essayons, testons et prouvons.






L'avenir d'Agricool



En 2 ans, on a construit 6 prototypes de Cooltainers, réalisé plus de 180 itérations de tests agronomiques, multiplié par 50 le rendement tout en divisant par deux le prix d’un container, et recruté 40 personnes dans la team. Le chemin parcouru est impressionnant, et ce n’est qu’une première étape parmi les centaines d’autres qui vont suivre. Dans les prochains mois, l’objectif est d’être capable d’industrialiser la production de nos Cooltainers pour démultiplier notre solution et commencer à produire et vendre des fraises dans le monde entier. Un autre gros challenge ? Commencer la recherche & développement pour être capable de produire d’autres fruits et légumes.





Dans une startup en pleine croissance comme Agricool, nous faisons souvent fasse à des pics d’activité avec tous ces nouveaux challenges qui arrivent. Nous avons donc parfois besoin de compétences extérieures et de personnes motivées pour nous aider. Crème de la Crème permet de trouver des jeunes étudiants plein de créativité et de motivation pour travailler ponctuellement sur un sujet !



Pour aller plus loin : EPICERY | Elsa, IESEG, 27 ans