PAPERNEST | Philippe, HEC, 28 ans

HEC
CEO & founder @Papernest
Voir le profil

Je m’appelle Philippe de la Chevasnerie, j’ai 28 ans. J’ai étudié à Polytechnique puis HEC, et après quelques incursions dans la Marine Nationale en Océan Indien et en banque d’affaires chez Goldman Sachs j’ai commencé ma carrière chez McKinsey. En parallèle, je donne des cours à HEC. Après 23 déménagements, Benoit (mon associé) et moi avions rêvé d’une solution accessible pour tous. On aspirait à créer un outil simple, un point de ralliement pour l’administratif et un remède anti-paperasse : Papernest



Papernest, c’est la solution pour tous les phobiques administratifs. Une web-application gratuite pour gérer en 10 minutes les contrats de son déménagement, et surtout appréhender le jour J sans le stress de la paperasse ! Car quand on croule sous les cartons, on a mieux à faire que de passer des heures au téléphone à se perdre dans les méandres des services clients de tous les fournisseurs, et répondre encore et encore aux mêmes questions.

l'entrepreneuriat



J’ai toujours eu cette volonté d’entreprendre, de créer une star-tup, sans savoir exactement pourquoi ! C’est un peu une vocation, ça me taraude depuis que j’ai 15 ans. En France, malgré les idées reçues, le terreau est extrêmement fertile pour créer sa start-up. Avec mon associé, nous avons pu rapidement nous lancer. Il y a une vraie facilitation des pouvoirs publics pour la création d’entreprise, des fonds d’investissement prêts à écouter de nouveaux pitchs et à découvrir des projets innovants dans tous les domaines. Ce qui me motive au quotidien est de voir à quel point tout peut avancer à vitesse grand V, s'accélérer en quelques mois, avec l’arrivée de nouvelles têtes dans nos équipes, prêtes à partager notre aventure. Après deux ans et demi de Papernest, ce qui continue de motiver c’est d’avoir à maîtriser de nouveaux métiers, de découvrir des pans complets d’une nouvelle activité, de recruter de nouveaux talents et de voir l’équipe grandir autour d’une même vision.





Le projet



Plus de 20 déménagements cumulés avec mon associé et toutes les complications administratives qui vont avec, c’est le point de départ de notre projet entrepreneurial. Résilier, souscrire, trouver le bon interlocuteur, nous avions vécu ces galères plus d’une fois ! L’expérience utilisateur a souvent été désagréable et nous a pris des heures à chaque changement de logement (départs pour un nouveau stage, césures à l’étranger, premières années de carrière…).

L’idée est venue de là. Si nous pouvions éviter les mêmes galères à des milliers de personnes qui déménagent tous les mois, c’était parti pour l’aventure! Nous avons commencé à deux dans mon salon et nous sommes aujourd’hui au troisième déménagement, installés à 130 au Cargo (incubateur parisien). En gardant les pieds sur terre, nous avons réussi à avoir une croissance continue et avons récemment dépassé l’étape symbolique des 100 000 utilisateurs, un chiffre qui récompense le travail d’une équipe qui croit en son projet depuis plus de deux ans. Notre business model est basé sur de l’affiliation auprès des fournisseurs avec lesquels nous travaillons.

Les projets qui nous tiennent en haleine aujourd’hui, ce sont notre lancement à l’international et l’élargissement des fonctionnalités de notre app. Nous testons de nouveaux canaux d’acquisition, nous nous trompons, nous retentons et nous avançons. C’est comme ça que nous restons toujours à l’affût de nouvelles solutions et nous fixons des objectifs chaque jour plus ambitieux.





problématiques



Au début, nous pensions que le plus difficile serait la création, la gestion des statuts de l’entreprise, les aspects juridiques et financiers. Finalement, c’était plutôt une formalité. Les difficultés ont commencé quand nous avons eu besoin de recruter de nouveaux talents rapidement et en nombre. Les processus de recrutement prennent du temps et c’est ce qui manque à tous les entrepreneurs. La création de pôles avec des managers à la tête de chacun d’entre eux a permis de déléguer le recrutement et d’avoir des personnes dédiées au recrutement de leurs propres équipes. Savoir déléguer n’est pas la chose la plus facile à faire, mais c’est la meilleure ! Nous travaillons dans la confiance et chaque personne spécialiste dans son domaine gère au mieux les tâches pour lesquelles elle est experte.






#futur



Nous avons trois grands axes de travail qui nous portent pour les prochains mois: l’amélioration de notre web-application, l’ajout de nouvelles offres pour répondre à tous les besoins de nos utilisateurs et le développement de notre marché dans un premier pays européen. L’internationalisation est le prochain grand projet, mais sans délaisser le national, bien au contraire. Nous attendons avec impatience notre 1 000 000ème client !





conseils



Foncer, foncer et foncer! Il ne faut pas attendre d’avoir plusieurs années d’expérience, d’avoir des fonds pour investir dans son projet et encore moins attendre d’avoir le produit parfait. Il faut se lancer dans l’aventure et s’entourer des meilleurs soutiens, auprès des institutions publiques et des investisseurs. La conjoncture n’a jamais été si porteuse pour les start-ups, cela coûte de moins en moins cher de se lancer et il y a des financements.



Pour aller plus loin : EPICERY | Elsa, IESEG, 27 ans



Pour moi, Crème de la Crème facilite les échanges et la mise en relation entre les freelances et les entreprises. En tant que start-up, il n’est pas toujours facile de se faire connaître et le recrutement peut être un processus très long. Crème de la Crème est une aide réelle pour découvrir des talents et pour être présenté au plus grand nombre !