Ease.space| Benjamin, IESEG, 24 ans

IESEG
CEO @Ease.Space
Voir le profil

Je m’appelle Benjamin, 24 ans, j’ai terminé l’IESEG en juin dernier. Aujourd’hui, je suis un des cofondateurs de Ease.space. On aide les entreprises à implémenter une politique de sécurité sur leurs mots de passe sans empêcher l’équipe de travailler.







ease-space-benjamin-ieseg-24-ans


Présentation


J’ai toujours essayé d’avoir un maximum d'expériences à l’étranger. La première a été une année dans un lycée américain. En revenant, terminale Française puis direction l’école de commerce : l’IESEG

J’ai fait des stages l’été, j’ai commencé par ouvrier dans des supérettes au Cambodge, puis vendeur de montre de luxe en Corée du sud. Retour en 3ème année, mon co-fondateur actuel, Victor, me motive à monter une première boite : L’objectif ? La réparation de smartphones. On a commencé simplement à en réparer sur le campus. Cette première expérience s’est bien terminée 8 mois après en revendant le fonds de commerce.

En 4ème année, j’ai de nouveau fait un stage dans la même entreprise de montre mais à Genève, où dans le cadre de la mission, j’ai appris à coder. C’est pendant ce stage que l’idée de Ease.space m’est venue.


ease-space-benjamin-ieseg-24-ans


Pourquoi l'entrepreneuriat ?


J’ai toujours été passionné par l’horlogerie et j’ai eu la chance de travailler tôt pour une entreprise dans ce secteur. Sur le papier c’était le job parfait pour moi : une mission intéressante pour une boite au top de son marché où j’apprenais de nouvelles compétences et où j’avais une autonomie quasi totale.

Rétrospectivement, je pense qu’il me manquait encore des choses, j’avais besoin d’un vrai problème à résoudre, de pouvoir choisir les gens avec qui j’allais travailler, d’avoir une vision et de travailler pour la rendre réelle.

Après ce stage, des opportunités se sont présentées à nous. On a trouvé un premier problème, les téléphones cassés des étudiants de notre école, puis un deuxième, la gestion des mots de passe dans les entreprises



ease-space-benjamin-ieseg-24-ans

Ton projet


Aujourd’hui, on aide les entreprises qui : gèrent leur administratif, payent leurs employés, vendent, facturent, traquent leurs résultats, communiquent, recrutent... en ligne. Dans ces entreprises, chaque activité a son outil web qui contient des infos sensibles et est protégé par un mot de passe.

Les mots de passe s'accumulent, et pourtant ils sont mal stockés, pas très forts et souvent identiques. Ils sont partagés de manière non sécurisée et ne sont pas changés souvent.

Comme les outils, les missions et les gens changent régulièrement, l’entreprise manque de visibilité et de contrôle sur qui connait les mots de passe. Il arrive que des collaborateurs n’aient pas les bons accès ou quittent l’entreprise en ayant encore des accès.

On pense que cette situation existe pour diverses raisons :

  • La mise en place de pratiques de sécurité sur le long terme dans une entreprise est compliquée/chronophage.

  • La priorité des employés reste leur mission, pas la sécurité.

  • Les outils de sécurité n’ont pas une bonne image, ils sont aux antipodes des outils 
de productivité et vus comme difficiles à utiliser.

  • Il est difficile pour un collaborateur de visualiser les risques (pour l'entreprise) associés à de mauvaises pratiques de sécurité, même chose pour les bénéfices.

Du coup, des failles potentielles s’accumulent et l’entreprise perd du temps à essayer de régler le problème. C’est là qu’on se place. On aide à implémenter de bonnes pratiques de sécurité sur l’utilisation et la gestion des mots de passe. On donne aussi à l’entreprise une visibilité globale et un contrôle hiérarchisé sur les droits d'accès. Et on essaye d’intégrer ça dans une interface simple d’utilisation qui, au lieu de ralentir le travail, tend à l’améliorer.




ease-space-benjamin-ieseg-24-ans


Les rencontres clés dans le projet


J’ai rencontré Victor assez rapidement en début de première année à L’IÉSEG. Lui aussi revenait de l’étranger et avait envie de monter une boite. En 3ème année, après que Victor soit revenu de Bangkok et moi de Séoul, on a créé l'entreprise de réparation de smartphone.

Ease.space a commencé 1 an plus tard. La V1 était simplement un site vitrine pour tester la demande, ce faux site nous a permis de récolter des leads et c’est ça qui a convaincu Sergii et Thomas (tous les deux ingénieurs) de nous rejoindre en tant que fondateurs en septembre 2016.

Nous avons rencontré Sergii et Thomas sur internet, du coup, il a fallu une période de test pour savoir si on arriverait à bien travailler ensemble. On s’est donné 3 mois pour développer un POC, ça a plutôt bien marché, et depuis, on est toujours ensemble.



ease-space-benjamin-ieseg-24-ans


Les difficultés en tant qu'étudiant entrepreneur


La plus grosse difficulté quand on n’a jamais monté de boîte c’est de comprendre ce qu’il est important à faire ou non (être “focus” ou pas). Au fur et à mesure on finit par comprendre ce qui marche.


Souvent le meilleur moyen pour comprendre c’est d’essayer

Certains se posent la question de comment faire quand on est étudiant pour monter sa boîte à côté des cours. Prenons notre exemple : Pour notre première boite on a juste couplé les cours la journée et le boulot le soir. Du coup, on récupérait les téléphones le soir dans des “points relais” qui les récoltaient la journée, et par la suite on réparait les différents téléphones le soir.



Je suis freelance, je veux travailler sur de nouveaux projets pré-sélectionnés par nos équipes


Je ne pense pas que le fait d’être jeune soit encore un problème pour créer un produit, mais cela peut dépendre du secteur. Comme nous sommes une entreprise de sécurité, il a fallu trouver des moyens pour être crédibles, comme rédiger une documentation complète sur notre infrastructure, héberger les données d’une certaine manière, informer au maximum nos clients. Au final quand on envoie notre documentation de sécurité à des directeurs techniques, ce qu’ils regardent c’est la qualité du document, pas l’âge de la personne qui l’a écrit.



ease-space-benjamin-ieseg-24-ans


Des conseils ?


Le moment le plus facile pour entreprendre, c’est quand on est étudiant. On a peu de responsabilités, on est relativement peu endetté, on a du temps libre, bref pas grand chose à perdre.

Mon conseil c’est de commencer avec une réponse au problème la plus simple possible, pour aller vraiment à l’essentiel et se concentrer sur ce que veut le client. Pour comprendre ça je vous conseille le livre Rework des fondateurs de Basecamp.


La nextstep de Ease.space


Le futur de Ease.space, c’est d’aller plus loin que la gestion des mots de passe. On veut devenir le gestionnaire d’accès web pour répondre aux problèmes de sécurité de la nouvelle génération d’entreprises qui travaillent quasi exclusivement sur Internet.


J’ai appris des choses théoriques en école de commerce. Mais sans stages ou side projects, l’école ne prépare pas vraiment à la vie professionnelle actuelle. C’est important d’avoir des projets à côté qui apportent l’aspect concret que l’école n’apporte pas.