Témoignage | Le freelance comme début d'un nouveau mode de vie

Chef de projet SI
@DXC Technology
Voir le profil

Je m'appelle Nawel Alaoui et j'ai 28 ans.
A 26 ans, j'avais une carrière en plein essor: domaine d'activité valorisé, relations de confiance avec le management et juste promue à la tête d'une équipe plus grande. J'aimais mon métier mais lors de ma dernière mission un problème se posait: je n'étais pas heureuse. Manque de sens, manque de challenges, envie de vivre avec un grand V et ce sentiment de se voir faner chaque jour un peu plus.




freelance-debut-mode-de-vie


1 - La prise de conscience qui m'a fait démissionner de mon travail




Je me rappelle de ce jour où j'ai pris une décision qui allait bouleverser le cours de ma vie bien rangée: j'étais devant le one woman show "Maligne" de Noémie Caillault où l’actrice racontait son histoire; celle d'une jeune femme de 26 ans ayant un cancer. Dans l'obscurité de la salle: le choc. Ambiance: émotion...
Je ne sais comment, je ne sais pourquoi mais à ce moment je me suis posée avec intensité la question suivante: combien de temps encore étais-je prête à dépenser la ressource la plus précieuse que je possède, mes jours de vie, dans une mission qui ne m'animait plus? Le lendemain, je posais ma démission. Pas de chômage, pas de filet sécurité.



freelance-debut-mode-de-vie


2 - 6 mois comme "digitale nomade"




J'ai alors vendu tout ce que j'avais puis avec mon sac de roots comme tout compagnon j'ai parcouru le monde pendant 6 mois et rencontré des personnes aux modes de vie atypiques, des digitales nomades. J'ai surtout appris une leçon de vie: les sauts dans le vide sont terrifiants mais ne pas sauter devrait l'être encore plus.

Puis arriva le retour et avec lui cette tentation de retrouver sa vie d'avant. Rien n'y faisait, une partie de moi avait changé, une partie qui ne pouvait se résoudre à reprendre ma routine métro-boulot-dodo dans cette ville sur-peuplée.

J'étais fauchée, dans l'incapacité de louer ne serait-ce qu'une chambre et vagabondais d'appartement en appartement mais j'avais une chose: une rage d'essayer un autre mode de vie.



freelance-debut-mode-de-vie


3 - De digitale nomade à auto-entrepreneur




C'est alors que j'ai vu une publicité de Crème de la Crème, je me suis inscrite, j'ai postulé, j'ai trouvé ma première mission puis ma seconde puis ma troisième, quatrième, cinquième... J'avais commencé petit, un Power Point à réaliser, et me voilà quelques mois plus tard à piloter des audits RH et IT internationaux passionnants dans des enseignes de renom.



Je suis freelance, je veux travailler sur de nouveaux projets pré-sélectionnés par nos équipes


Entre cette première et cinquième mission, je suis devenue quelqu'un d'autre: un "entrepreneur."
On parle souvent de ce que le freelancing apporte en revenu complémentaire, en expérience. Je voudrais vous parler aujourd'hui de ce qu'il apporte en matière de développement personnel. Quand on devient "entrepreneur", on est à la tête de sa propre stratégie d'image, de prix, son propre positionnement. On a accès à des raisonnements stratégiques que l'on aurait peut-être pas abordé autrement.

Plus encore, on est amené à échouer, réussir, se remettre en question, apprendre et grandir encore et toujours. On revoit sa notion de "l'échec": si vous pensez que l'échec est dur, l'échec est une bénédiction en ce qu'il apporte comme enseignements et capacités d'adaptation. Si vous n'avez pas à faire quelque chose, apprenez, si un de vos partenaires vous laisse tomber, trouvez en un meilleur etc...
Quand on devient "entrepreneur", on change sa perception du monde: on ne gère plus la peur, on gère le risque. Si on peut parfois craindre le manque, on valorise avant tout l'opportunité.




Depuis cette première mission Crème de la Crème, j'ai diversifié mes sources de revenus, mes partenariats. Je vis désormais dans la ville de mes rêves, je travaille majoritairement en remote ce qui me permet de voyager une fois par mois et gagne décemment ma vie.

Tout ça, je le dois à une équipe qui a pris le pari d'envoyer un message fort aux jeunes: "être auto-entrepreneur ce n'est pas si compliqué et vous êtes légitime en la matière."

Pour finir, rappelez-vous du début de cette histoire: "les sauts dans le vide sont terrifiants mais ne pas sauter devrait l'être encore plus".

Nawel @Skema
#Mentoring, #Business Développement, #Développement #RH