Digital Nomad | Réaliser des missions freelances tout en voyageant

Project Coordinator
@Saint-Gobain
Voir le profil

On commence par en rêver, en lisant des articles sur des personnes qui ont tenté l’expérience, on a envie de se lancer dans l’aventure et on commence à se demander, pourquoi pas moi ? C’est comme ça que j’ai voulu essayer à mon tour. J’ai toujours aimé voyager (chaque jour de congé a toujours été posé pour un voyage) et j’ai par la suite combiné cette passion avec celle des langues.



voyager-missions-freelances

Partir en voyage et abandonner son logement ? Les conseils Crème de la Crème


Partir à l’aventure est souvent compliqué, surtout en tant que freelance. Il faut savoir franchir le pas et oser prendre le risque d’avoir des imprévus financiers, de logement, de missions... et tant d’autres. Mais en contrepartie l’expérience est sans doute une des meilleures que vous pouvez réaliser. L’inconvénient le plus important pour les freelances est de devoir gérer à distance son appartement. Si un freelance décide de partir voyager en réalisant des missions pour une durée assez longue (6 mois environ) il est impossible pour lui de laisser son appartement à l’abandon, surtout si il doit payer un loyer conséquent. C’est pourquoi Crème de la Crème vous propose aujourd’hui la solution : Smartrenting !

Smartrenting c’est la startup gratuite et légale à qui confier son appartement (Paris, Lyon, Bordeaux) et qui te rembourse 100% de ton loyer pendant ton absence. L’idée est simple. Sous louer son appartement à Smartrenting (avec l’accord du propriétaire) pour faire des économies. Tu peux partir tranquille et rester focus sur tes missions et voyages, ils s’occupent de tout, du check-in au check-out. Pas de stress pour gérer les entrées et sorties ou savoir si l’appartement est en bon état ou non... un réel accompagnement dans les démarches à lieu de leur côté. De plus la garantie supplémentaire qui peut apporter satisfaction à un grand nombres de freelances est que cette startup Smartrenting assure ton appartement grâce à des garanties d’agences immobilières !


voyager-missions-freelances


Comment travailler en voyageant ?


Pour des raisons pratiques, j’ai opté pour le freelancing et le statut d’autoentrepreneur. Mon idée était de financer mon voyage en Transsibérien. Première chose, faire son budget : comment je veux vivre et combien me faut-il ? Il faut bien choisir ses destinations ! Par exemple, on peut voyager en Russie pour environ 800€ par mois. En revanche, en Norvège, avec une telle somme cela devient nettement plus compliqué. Je privilégie donc des destinations abordables comme la Russie, Corée du Sud et Arménie.

Abordons la partie travail. J’ai d’abord défini les activités que j'apprécie et dans lesquelles je suis compétent. D’abord, la rédaction (d’articles et de contenus web). C’est ma principale source de revenus (60%) : j’ai des clients sur Crème de la Crème mais aussi sur une autre plateforme,TextMaster, ainsi que sur Babbel (une application pour apprendre des langues). Ma deuxième activité (environ 30% de mes revenus), c’est la traduction. J’offre mes services en trois langues étrangères (anglais, allemand et italien) pour toute sorte de contenu (magazines, articles, annonces, présentations marketing, et j’ai même fait de la littérature). Enfin, les cours de français en ligne (via la plateforme Rype). J’y consacre peu de temps car la rémunération est plus faible (moins de 10% de mes revenus) et c’est plus difficile à mettre en place (il faut se tenir à un emploi du temps, ce qui n’est pas toujours facile quand on voyage).


voyager-missions-freelances


Travailler en voyageant : quels sont les avantages ?...


Si cette idée vous tente vous savez déjà pourquoi : travailler et voyager en même temps, c’est évident. Par exemple, se promener à Séoul après une traduction d’italien l’après-midi est une expérience qui m’a plu. Par ailleurs, on est flexible.


Personne ne vous attend au bureau à 9 heures et souhaite que vous y restiez au moins jusqu’à 18 heures, quelle que soit votre charge de travail.

Si vous préférez travailler le soir, la nuit ou le week-end, c’est tout à fait possible.



Je suis freelance, je veux travailler sur de nouveaux projets pré-sélectionnés par nos équipes


... Et les inconvénients ?


On connaît mal cet aspect avant d’y être soi-même confronté. D’abord, la rémunération est imprévisible : il m’est arrivé de toucher 50 € en dix jours puis 1.000 € en cinq jours. Il faut savoir gérer ses revenus et anticiper les périodes creuses (typiquement, les jours fériés de mai). En plus, il est aussi difficile de prévoir sa capacité à travailler à un moment donné. Dans mon cas précis, j’ai fait 20.000 kilomètres en train en Russie, soit 330 heures pendant lesquelles je n’étais ni joignable (quelque part en Sibérie) ni productif.

Venons-en au problème majeur qui touche tout le monde, peu importe le domaine : pour être efficace, il faut une bonne connexion Wi-Fi. Je n’ai pas eu de problème particulier, mais il ne faut pas oublier ce point. Il faut aussi être réactif, au risque de voir un client se tourner vers un freelance plus disponible. Je termine par un point crucial : savoir dire non ! Travailler en voyageant, oui, mais pas à n’importe quel prix ni dans n’importe quelles conditions. Si un client vous propose une deadline trop courte et une rémunération indécente, vous avez tout à fait le droit de refuser. C’est même dans votre intérêt.


Il n’est plus question d’hésiter maintenant, partez à l’aventure et découvrez le monde en toute sérénité.