menu

Sans-serif

Aa

Serif

Aa

Font size

+ -

Line height

+ -
Light
Dark
Sepia

Quitter son CDI pour devenir freelance : les étapes indispensables

Récemment, je lisais le témoignage de Yéza Lucas. En poste, elle a lancé son projet de Community Manager freelance et a réussi à en vivre en 3 mois. Comment ? En s’organisant bien. Les salariés sont de plus en plus nombreux à devenir freelance. Selon un sondage Ipsos de 2017, 1 actif sur 2 serait prêt à travailler en indépendant. Si vous êtes arrivé sur cet article, c’est probablement que vous en faite partie. Ou du moins, que vous vous posez la question.

Convaincue que ces aspirations-là sont en parfaite cohérence avec les changements que connaît notre monde du travail, je souhaitais écrire un article pour que chaque salarié se posant la question ait toutes les cartes en mains pour se lancer le plus sereinement possible.

Cet article vous aidera à répondre à 3 problématiques :

  • Pourquoi vous souhaitez changer de statut ? Une question plus importante que vous ne le pensez.
  • Comment bien structurer votre projet à côté de votre emploi ?
  • Comment vous organiser pour quitter votre entreprise sereinement ?

 

Pourquoi vouloir devenir freelance ?

Cela fait maintenant quelque temps que vous pensez à vous lancer à votre compte. Alors que vous auriez pu rester confortablement à votre poste, pourquoi décider de changer littéralement de mode de fonctionnement ? Répondre à cette question est plus important que vous ne le pensez : 

  • ça vous permettra de rester motivé tout le long de votre projet et notamment au début
  • à terme, ça vous aidera à vendre vos prestations car vous intègrerez cette vision à votre stratégie de marque.

“People don’t buy what you do; they buy why you do it. And what you do simply proves what you believe” Simon Sinek

La première chose à faire si vous souhaitez passer de salarié à freelance est donc de clarifier ces motivations.

En effet, aujourd’hui, 90% des freelances le sont par choix. Les raisons qui les poussent à sauter le pas sont diverses. Les principales raisons évoquées sont :

  • la liberté : choisir vos horaires et lieux de travail
  • la flexibilité : choisir les entreprises avec lesquelles vous souhaitez travailler, et des projets qui vous passionnent
  • la rémunération : comme tout chef d’entreprise, ce que vous gagnez est totalement lié à ce que vous produisez. Ce lien de corrélation peut être très stimulant et vous permettre de mieux gagner votre vie.

Ce sont les principales raisons mais pas les seules. Les vôtres sont peut être complètement différentes. L’important est de ne pas s’arrêter là en poussant cette démarche de questionnement un peu plus loin. 

 

La méthode des 5 pourquoi

 Je vous recommande d’utiliser ici la méthode des “5 pourquoi”. Habituellement utilisée pour résoudre un problème, elle convient parfaitement dans notre cas.

Comment faire concrètement ? Posez-vous 5 fois de suite la question du pourquoi.

Exemple :

  • Pourquoi souhaitez-vous devenir freelance ? Pour gagner plus d’argent.
  • Pourquoi pensez-vous que vous allez gagner plus d’argent en freelance ? Parce que je produirai plus de valeur.
  • Pourquoi pensez-vous que vous produirez plus de valeur ? Parce que je travaillerai à des heures qui me conviennent, donc mieux. 

Et ainsi de suite. 

Le fil des pourquoi va vous amener à évoquer des motivations plus personnelles relatives par exemple à votre vie style de vie, à votre santé. C’est normal et c’est le but.

Vos motivations ne sont pas que professionnelles, alors écrivez-les toutes et noir sur blanc. Ici, l’exercice de l’écriture est très important d’un point de vue symbolique mais aussi car il va vous aider à cadrer vos ambitions.

Devenir freelance vous donne cette opportunité de vivre comme vous le souhaitez, alors ne passez pas à côté !

 

Comment structurer votre projet ?

Passons maintenant aux grandes étapes qui vont vous aider à structurer votre projet et à commencer les missions avant de quitter votre emploi CDI.

Dans cette partie, nous allons voir les 4 étapes immanquables pour devenir freelance :

  • Trouver votre niche et identifier votre cible
  • Apprendre à pitcher votre offre 
  • Vous servir de votre réseau existant
  • Préparer des exemples de ce que que vous proposez 

 

Trouvez votre niche et identifiez votre cible

Pour tout business, cette étape est décisive. Même si vous avez déjà un domaine d’expertise lié à votre expérience professionnelle, vous allez devoir l’adapter selon plusieurs critères. 

Prenons l’exemple d’un Designer Produit en agence. Ce métier très tendance séduit beaucoup et la concurrence est rude. En France déjà, il y aura toujours des personnes qui proposeront moins cher que lui. Maintenant, tenons compte du fait que nous sommes sur un marché complètement mondialisé. Il va être très dur, s’il souhaite devenir freelance en France, de faire concurrence avec les prix pratiqués dans des pays où le niveau de vie est incomparable. Se spécialiser en freelance en trouvant la bonne niche est donc indispensable.

Alors comment déterminer la vôtre ? Faites l’étude de votre marché par secteur d’activité, mais aussi par type de clients. Concentrez-vous sur des clients qui valorisent la qualité du travail. Pourquoi ? Vous serez en compétition sur la qualité de la prestation et non sur les prix.

Pensez au type de clients pour lesquelles vous avez ENVIE de travailler pour les cibler en priorité. Actuellement en poste, vous avez déjà une expertise. Alors pour définir votre client idéal, n’ayez jamais peur d’être trop spécialisé. Pourquoi ?

  • Vous fournirez certainement un un meilleur travail en travaillant pour des organisations qui vous inspirent.
  • Vos recommandations et références seront en cohérence avec votre profil et vous amèneront des projets similaires.

 

Apprenez à vous pitcher

Avant de lancer votre activité, il va falloir apprendre à vous présenter : vendre votre proposition de valeur. Si ça vous rappelle quelques entretiens d’embauche, savoir vendre son offre commerciale ne s’apprend pas réellement lorsqu’on est salarié. Si vous êtes naturellement bon vendeur, sachez que ce sera un de vos meilleurs atouts. Pour les autres, il va falloir vous y mettre sérieusement car pour devenir freelance, c’est une compétence indispensable. 

Quelques conseils pour construire votre pitch :

  • Parlez solutions plutôt que compétences : ça intéressera bien plus un prospect de savoir exactement en quoi vous pouvez résoudre son problème que d’entendre une énumérations de vos compétences acquises
  • Construisez votre discours en fonction de votre cible et anticipez ses questions
  • Préparez différents formats : comment vous présenter en seulement 30 secondes ? En 2 minutes ? En fonction du contexte, utilisez celui qui vous paraît le plus adapté.
  • Travaillez votre pitch : entraînez-vous. L’idéal est de tester votre discours face à une personne de confiance. Ayez toujours en tête que même si votre pitch vous paraît clair, il ne l’est peut être pas pour quelqu’un qui ne connaît rien à votre métier.

Pour en savoir plus sur comment vendre vos compétences, rendez-vous sur cet article d’Adriana Peyruse.

 

Profitez de votre réseau existant

Devenir freelance lorsque vous êtes encore salarié demande une organisation rigoureuse, mais comporte aussi des avantages. Sur le plan du réseau par exemple, votre travail sera certainement plus simple que celui d’une personne tout juste sur le marché du travail. 

Identifiez votre réseau

Votre premier travail consistera à faire une liste de toutes les personnes qui pourraient de près ou de loin vous être utile. Visez deux catégories :

  • vos cibles potentielles, susceptibles d’avoir besoin de vos services.
  • toute personne pouvant connaître quelqu’un qui en aurait besoin

En répertoriant les personnes appartenant à cette seconde catégorie, vous vous apercevrez que votre réseau est beaucoup plus important que ce que vous imaginez.

Pour mieux comprendre votre réseau, on distingue 3 degrés :

  • votre premier cercle : amis et famille
  • votre cercle restreint : vos collègues et anciens camarades d’école
  • le dernier cercle : le réseau de votre réseau.

devenir freelance, freelance, freelancing, future of work

Contacter votre réseau

Maintenant que vous avez votre liste de contacts, passons à l’étape la plus délicate de la prise de contact.

Le plus important est que la démarche paraissent naturelle, et la plus désintéressée possible. Trois moyens s’offrent à vous :

  • le coup de téléphone
  • le mail
  • les réseaux sociaux

Pour plus de détails sur les différentes manières de contacter vos cibles, rendez-vous sur notre guide du networking en freelance

 

Créez des exemples de ce que que vous proposez

Votre expérience n’est plus à prouver. Maintenant, il va falloir la mettre en valeur. Pour vendre vos services, rien de mieux que de montrer à vos prospects de quoi vous êtes capable.

Montrez à un client potentiel un travail similaire à ce qu’il recherche lui permettra plus facilement de se projeter avec vous. Et surtout, vous aurez de grandes chances de remporter la mission.

Si vous avez du temps, commencer à créer du contenu sur votre expertise à travers des articles ou des vidéos est aussi un excellent moyen d’être repéré dans votre secteur et identifié comme un expert.

Pour devenir freelance alors que vous êtes en poste, votre dernière problématique est le manque de temps. Créer son site ou créer du contenu demande du temps. Sans une organisation rigoureuse, vous pouvez très vite vous retrouver sous l’eau. C’est l’objet de notre dernière partie.

 

Comment bien vous organiser ?

Apprendre à gérer son temps

Lorsqu’on démarre en freelance à côté de son emploi salarié, il n’est pas simple de trouver du temps pour ses clients. Pourtant, la réussite de vos premières missions conditionnent la réussite de votre projet. Et vous ne pourrez pas utiliser l’une ou l’autre de vos activités pour excuser un manque d’investissement ou un retard sur un projet.

Mon grand-père disait avec humour que “se reposer, c’est bien préparer son travail”, et je suis convaincue que c’est vrai : faire de réelles pauses est indispensable pour rester productif.

Mais dans ce contexte, vous vous rendrez vite compte que ce dicton est inapplicable.

Si bien sûr, vous devez être en forme pour tenir ce rythme, une fois dedans, il va être difficile pendant quelques mois de vous accorder de vraies pauses. Mieux vaut y être préparé.

Idéalement, consacrez chaque jour une ou plusieurs heures à votre activité freelance. Vous passerez peut-être 3 mois à vous lever à 5h du matin ou à rester tard au bureau sur vos projets, mais prenez ça comme un entraînement pour le futur.

Et dites-vous bien une chose : si vous arrivez à tenir le rythme en étant actuellement à temps plein, vous n’aurez aucun problème à gérer votre activité et à tenir vos futures deadlines.

Vous trouverez de nombreux conseils sur la manière d’organiser son temps en freelance dans cet article

 

Bien choisir ses premiers clients

Pour devenir freelance le plus sereinement possible, mieux vaut avoir déjà travaillé sur quelques missions.

Pourquoi bien les choisir ?

  • Que ce soit pour prospecter ou pour travailler sur un projet, votre temps est limité
  • Vos premières missions vont vous servir de bases pour décrocher les suivantes
  • Réussir vos premières missions va vous donner confiance dans votre projet freelance.

Comment bien les choisir ? Les questions à vous poser sont :

  • le projet vous aidera-t-il à atteindre votre objectif ?
  • une référence de l’entreprise en question peut-elle vous être bénéfique ?
  • maîtrisez-vous les compétences requises pour y arriver ?

Concernant le dernier point, je pense qu’il est important pour vos premières missions. Pourquoi ?  Il sera plus facile d’arriver à un résultat satisfaisant pour les deux parties si vous maîtrisez parfaitement le sujet. En revanche, je reste persuadée que de manière plus générale en freelance, il n’est pas nécessaire de tout connaître d’un projet pour y arriver.

Au contraire, accepter des projets sur lesquels vous n’avez pas encore toutes les compétences peut être un challenge très stimulant. Et vous en profiterez pour monter en skills. 

 

Agir en toute transparence

Devenir freelance lorsqu’on est toujours en poste peut s’avérer délicat sur le plan éthique.

Déjà, je vous conseille de faire preuve de transparence envers vos clients. En leur expliquant que vous exercez une activité salariée à côté, ils seront plus à même d’être compréhensifs concernant votre indisponibilité à des heures de bureau.

Par ailleurs, n’oubliez pas que légalement, le droit commun autorise un salarié à exercer une activité indépendante à côté de son poste. Néanmoins, il y a des situations particulières dans lesquelles vous devrez être vigilant :

  • votre contrat de travail contient un clause d’exclusivité ou de non concurrence : le seul moyen à votre portée est de jouer la franchise et de renégocier cette clause avec votre employeur.
  • votre profession est réglementée : renseignez-vous. Si vous êtes fonctionnaire par exemple, il y a de grandes chances pour que vous ne puissiez exercer une activité en parallèle.
  • vous êtes freelance en portage salarial : votre contrat de portage s’apparente légalement à un contrat en CDI. Dès lors, faites attention à ne pas dépasser le plafond légal d’heures de travail autorisées.

Dans tous les cas, soyez franc avec votre employeur et ne négligez pas votre poste en CDI. Devenir freelance à côté d’un plein temps est certes un challenge. Mais c’est à vous de vous organiser pour que ni vos clients, ni votre employeur ne ressente un manque d’investissement de votre part.

 

Synthèse

Lancer son activité lorsqu’on est en encore en poste implique d’adopter un rythme assez sportif les premiers mois. Mais réjouissez-vous : vous n’avez pas fait ce choix au hasard, et si vous appliquez tous ces conseils, vous devriez vous en sortir parfaitement :

  • ne négligez pas les raisons qui vous ont poussées à devenir freelance : ce sont elles qui vous aideront à rester motivé dans les moments de doutes (et il y en aura forcément !)
  • structurez votre projet étape par étape : même si certaines vous paraissent moins simples que d’autres, n’en écartez aucune
  • mettez en place une organisation rigoureuse et soyez transparent : pensez à la suite de votre projet, sans pour autant vous griller auprès de votre employeur.

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour vous lancer dans cette belle aventure, alors bon courage !

Jeanne Deplus est freelance en Inbound Marketing et Social Media.

Laisser un commentaire

Make meaning today.
Découvrez crème de la crème